Le comité scientifique recommande le confinement total

Vu le risque d’augmentation du nombre de cas de Covid-19

Djamila Kourta, El Watan, 31 mars 2020

Cette recommandation fait partie d’une série de propositions portant sur le plan stratégique de lutte contre le Covid-19. Elle concerne notamment l’extension du protocole de soins basé sur la chloroquine et autres médicaments aux cas bénins symptomatiques et asymptomatiques de Covid-19.

Le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus Covid-19 recommande le confinement général, total et obligatoire dans son dernier rapport d’évaluation remis dimanche au Pr Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et président du comité.

Cette recommandation fait partie d’une série de propositions portant sur le plan stratégique de lutte contre le Covid-19.

Elle concerne notamment l’extension du protocole de soins basé sur la chloroquine et autres médicaments aux cas bénins symptomatiques et asymptomatiques de Covid-19, le renforcement des moyens de prise en charge, à travers la multiplication des lits d’hospitalisation, et des moyens de prise en charge en réanimation, à savoir les lits de réanimation, les respirateurs, en insistant sur la disponibilité des moyens de protection pour les professionnels de la santé (masques, gants, blouses et tout autre équipement), l’activation de la décentralisation du dépistage vers des hôpitaux disposant d’appareils nécessaires pour les tests.

«Compte tenu de l’augmentation exponentielle du nombre de cas dans notre pays et ailleurs dans le monde, les membres du comité ont effectivement proposé le confinement total et obligatoire pour pouvoir réduire les contacts et la contamination.

Il faut vraiment passer à des mesures drastiques si l’on veut endiguer cette épidémie», souligne Abdelkrim Touahri, président de l’Ordre national des pharmaciens et membre du conseil scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus Covid-19.

Il rappelle que le confinement permettra «de réduire la contamination à grande échelle avec un nombre de cas qui risque d’envahir nos hôpitaux, dont les capacités sont limitées, notamment en lits de réanimation, en médicaments et autres besoins, malgré tous les efforts consentis par l’Etat en cette circonstance».

Pour M. Touahria, il est urgent de mettre en place cette mesure et sensibiliser davantage la population algérienne à respecter toutes les mesures prises par le gouvernement.

Pour rappel, une vingtaine de professeurs en médecine ont lancé, la semaine dernière, un appel au président de la République pour décréter un confinement total de la population afin de casser la chaîne de transmission et de contamination.

Ainsi, l’épidémie continue sa propagation à travers le territoire national pour toucher 36 wilayas, dont des proportions qui varient d’une région à l’autre. Le dernier bilan du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière fait état de 511 cas, dont 220 à Blida, et 31 décès.

Une moyenne d’une cinquantaine de nouveaux cas est notifiée chaque jour. En l’absence d’un dépistage systématique, le nombre de cas semblerait être plus important, selon les spécialistes, dont certains estiment que la situation demeure stable.

Le Dr Fawzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur, a déclaré que «comparativement aux autres pays en Europe, l’Algérie a moins de cas positifs.

Sur le nombre de tests effectués par l’Institut Pasteur d’Algérie, sur près de 3000 cas suspects seulement 10% sont des cas positifs au Covid-19».

Ce qui est rassurant, selon lui, sachant que les mesures barrières annoncées jusque-là pourraient diminuer le risque de contamination et contenir la propagation de la maladie.

Il plaide pour que des mesures plus restrictives soient mises en place dès lors que l’on enregistre un écart important dans le nombre de nouveaux cas, d’autant que l’Algérie est dans l’index de vulnérabilité, selon les prédictions avancées par l’OMS, dans une étude publiée fin janvier, au même titre que l’Egypte et l’Afrique du Sud. Ce qui semble actuellement le cas.