Le nombre de cas de covid-19 double chaque jour : Confinement partiel dans neuf wilayas

Djamila Kourta, El Watan, 28 mars 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a décidé de l’extension de la mesure de confinement partiel à neuf wilayas, à compter d’aujourd’hui, de 19h à 7h. Cette nouvelle mesure concerne les wilayas suivantes : Tizi Ouzou Batna, Sétif, Constantine, Médéa, Oran, Boumerdès, El Oued et Tipasa.

Une moyenne d’une trentaine de cas de Covid-19 a été enregistrée chaque jour au cours de la semaine dernière. Ce chiffre a doublé, pour atteindre 65 cas entre mercredi et jeudi et c’est le cas pour le nombre de décès. Le dernier bilan présenté par le Dr Djamel Fourar, porte-parole du comité scientifique du suivi de la pandémie de coronavirus, montre bien cette tendance.

Ainsi, 65 nouveaux cas et quatre décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie (jeudi), portant le nombre de cas confirmés à 367, et le nombre des décès à 25.

Parmi les quatre nouveaux décès, deux ont été enregistrés à Constantine. Il s’agit d’une personne âgée de 90 ans qui était en contact avec sa fille immigrée, et d’une femme âgée de 58 ans de retour de France. Les deux autres cas concernent respectivement une femme de 53 ans, de Tizi Ouzou, qui était en contact avec une proche immigrée et un ambulancier de l’EHS de Boufarik, a précisé le Pr Fourar.

Une tendance qui semble être en croissance dans la wilaya de Blida, où plus de 150 cas sont notifiés, soit la moitié du nombre total relevé. Une région où le virus est très actif avec une forte contagiosité. «Cette tendance peut se stabiliser comme elle peut augmenter. Cela dépend du respect des mesures barrières mises en place et surtout respecter totalement le confinement», nous confie un épidémiologiste.

Abondant dans le même ordre d’idées, le Pr Abdelkrim Soukhal estime : «Pour le moment nous n’avons que des effectifs (chiffres) et il nous manque des données. On ne peut pas faire d’analyses épidémiologiques, il nous manque un dénominateur, on ne peut pas se prononcer sur quoi que ce soit.

Nous suivons l’évolution face à un une maladie qu’on ne connaît pas.» Et de signaler : «Ce qui est sûr, c’est que le nombre de cas infectés augmente et en comparant notre courbe à celles des autres pays, nous n’avons pas encore amorcé le décollage.» Pour le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Dr Fawzi Derrar, on ne peut prévoir la date exacte du pic de l’épidémie.

«Pour le moment, nous avons des chiffres bas comparativement aux autres pays. Sur 3000 cas suspects testés depuis le début de l’épidémie, 302 sont positifs avec 25 décès. Une proportion qu’on considère encore basse pour parler d’un pic. Mais cela n’écarte pas une éventuelle augmentation du nombre de cas à une allure très rapide ou bien de manière progressive», a-t-il expliqué.

Et d’insister sur le respect des mesures de protection et le confinement, c’est «le seul moyen qui peut casser la chaîne de transmission et surtout aider à freiner l’allure de la vague qui arrivera certainement chez nous», a-t-il ajouté. Et de signaler que ce confinement permettra d’endiguer la propagation de la pandémie dans certaines régions du pays. Il rappelle que les annexes de l’IPA d’Oran et de Constantine sont entrée en service pour prendre en charge les tests au niveau régional.

Les annexes de Tizi Ouzou et de Ouargla seront également lancées dès demain. Par ailleurs, le Premier ministre, Djerad Abdelaziz, a décidé l’extension de la mesure de confinement partiel à neuf wilayas, applicable à compter d’aujourd’hui et concerne la tranche horaire comprise entre 19h et 7h, indiquent les services du Premier ministère dans un communiqué. Neuf régions sont par ailleurs concernées par un confinement partiel.

«L’article 2 du nouveau décret dispose que la mesure de confinement partiel est étendue aux wilayas suivantes : Batna, Tizi Ouzou, Sétif, Constantine, Médéa, Oran, Boumerdès, El Oued et Tipasa», ajoute-t-on.

Cette mesure de confinement partiel est applicable aux neuf wilayas citées à compter du samedi 28 mars 2020 et concerne la tranche horaire comprise entre 19h et 7h, conclut le communiqué. Des mesures prises pour anticiper justement sur une éventuelle forte vague qui pourrait intervenir dans les semaines prochaines.

De nombreuses voix s’élèvent pour appeler au confinement total au niveau national et pas uniquement la nuit, sachant que «le contact humain est bien plus important la journée que la nuit. Ce qui pourrait nous sauver, c’est d’instituer et de planifier un confinement total pendant 40 jours. Ceci en raison du caractère exceptionnel de l’épidémie et des moyens dérisoires dont nous disposons en Algérie pour lutter efficacement contre ce fléau, ajouté à cela le problème du caractère indiscipliné de certains citoyens», lance un professeur en médecine.