Arrêter les marches est impérieux: le Hirak doit nous aider à vaincre nos colères

Saïd Djaafer, RadioM, 14 mars 2020

Il faut arrêter les marches et les rassemblements. La pandémie du coronavirus est sérieuse. Même si la parole officielle en Algérie est totalement discréditée aux yeux de nombreux citoyens, nous disposons de suffisamment d’informations en provenance de la très respectable organisation mondiale de la santé pour comprendre que nous sommes devant un risque majeur.

Mettre fin aux marches n’est pas une défaite, ce n’est pas concéder une victoire du pouvoir sur le Hirak, loin s’en faut. Beaucoup l’ont dit et écrit et on ne peut que le répéter: le Hirak a déjà gagné l’essentiel en mettant à nu, grâce à son insurrection pacifique et intelligente, la monstrueuse corruption du régime et de ses hommes. Ce régime ne peut plus se prévaloir désormais du patriotisme pour durer, les Algériens ont mis en route, sans rien casser et avec une énergie créative remarquable, le processus du changement.

Un des plus lumineux mot d’ordre du Hirak a été « netrabaou gaa », ou » « Ntwa3aw ga3″ on s’éduque tous, on prend conscience tous. Avec cette crise planétaire du Coronavirus, nous le devons encore plus que jamais. Même si le régime a œuvré, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le patriotisme, à isoler l’Algérie, nous faisons partie du monde. La pandémie nous concerne, elle nous menace. Elle nous menace d’autant plus que notre système de santé est dégradé, incapable de prendre en charge une épidémie où le seul traitement des malades consiste à les mettre en réanimation avec assistance respiratoire.

Le Hirak est intelligent. On s’éduque tous veut dire que nous devons devenir encore plus intelligents, plus responsables, plus attentifs face à un système qui a œuvré à travers ses pantins politiques et ses médias médiocres à démoraliser toute une nation. Et c’est parce que ce Hirak nous a déjà changé que nous devons, sans hésiter, prendre la décision de ne pas nous mettre en danger et de ne pas mettre en danger nos familles, nos voisins. Nous devons le faire parce que c’est tout simplement la bonne attitude à prendre, la seule, et parce que toutes nos valeurs nous l’enseignent.

Si les mesures de prévention v-à-v du corona ne vs intéressent pas pour votre propre personne, dites vs qu’elles sont surtt là pour limiter la propagation et protéger les + fragiles d’entre ns, parmi lesquels nos Ainés.
Ne le faites pas pour vs, FAITES le pour eux.
G fini …
— Nabil Mellah (@NabilMellah) March 12, 2020

La crainte de perdre la grosse brèche ouverte par le Hirak dans l’interdiction de l’espace public et de l’espace-nation ne doit pas nous mener à un entêtement suicidaire. Cet espace public, disons-nous dès aujourd’hui, que nous-nous battrons avec force quand cette crise grave du Corona sera passée, pour le reprendre. C’est notre droit le plus absolu. Mais en attendant, l’urgence absolue est de nous prémunir, d’éviter que ce virus ne se propage.

Depuis le 22 février 2019 nous disons pacifiquement, avec humour, avec inventivité, avec humanité, toutes nos colères accumulées contre un régime destructeur de toutes les valeurs. Nous l’avons déjà moralement vaincu ce régime de prédation, cette kleptocratie qui a entravé l’élan de notre nation, poussé à l’exil des femmes et des hommes de valeurs.

Nous sommes déjà meilleurs grâce au Hirak. Et ce Hirak doit nous aider à vaincre nos colères et à donner victoire à la raison. Organisons-nous autrement, restons vigilants, utilisons au maximum les réseaux sociaux, continuons à informer sur les atteintes aux libertés, mais nous devons, sans attendre, décider de nous donner toutes les chances de gagner la longue bataille politique pacifique engagée le 22 février 2019.

C’est parce que le Hirak nous a rendu meilleurs, plus intelligents et plus responsables que nous devons le décider: les marches et les rassemblements doivent être suspendus. Vainquons nos colères car nous-nous aimons. Nous serons encore meilleurs et plus forts pour les batailles qui viennent.