Un an de prison requis contre Lakhdar Bouregaa, deux militants de RAJ condamnés

Sonia Lyes, TSA, 12 Mars 2020

Le procès du moudjahid Lakhdar Bouregaa s’est ouvert ce jeudi 12 mars au tribunal de Bir Mourad Rais. Le procureur du tribunal a requis un an de prison ferme et une amende de 20 000 dinars, a appris TSA auprès de Me Noureddine Benissad, membre du collectif de défense. Le procès se poursuit avec les plaidoiries des avocats de la défense.

« Lakhdar Bouregaa s’est longuement expliqué sur ses déclarations notamment en mettant en exergue le contexte historique. Il a bien expliqué la crise de 1962 et la crise de légitimité populaire de ceux qui ont pris le pouvoir par la force. Le collectif d’avocats constitué de plus de 50 avocats ont commencé leurs plaidoiries en axant sur le fait que c’est un procès politique. On juge aujourd’hui l’homme pour ses opinions mais aussi pour avoir été un opposant historique au système depuis l’indépendance », a ajouté M. Benissad.

Au tribunal de Sidi M’hamed, le verdict du procès de Karim Boutata et Ahcene Kadi, deux militants de RAJ remis en liberté provisoire le 2 janvier, est tombé : six mois de prison ferme et 20.000 dinars d’amende, annonce leur association sur Facebook.

A la Cour d’Alger, le jeune poète Mohamed Tadjadit a été condamné à un an de sursis en appel. Il avait été condamné à 18 mois de prison ferme en première instance pour « atteinte à l’unité nationale » par le tribunal de Sidi M’hamed. Il a été remis en liberté début janvier, dans le cadre des mesures d’apaisement.

Actualisé à 14H15. Le verdict du procès sera rendu le 26 mars, selon le CNLD.