Face à l’arrivée massive de migrants algériens, la Sardaigne ouvre un centre de rétention

A.I. , TSA, 28 Février 2020

En janvier dernier, 250 Algériens ont débarqué sur l’île italienne de Sardaigne, contre 235 pour les trois derniers mois de 2019, rapporte ce vendredi le site spécialisé Info Migrants qui cite l’Organisation internationale des migrations (OIM).

« Un afflux qui a poussé les autorités à ouvrir mi-janvier le premier centre de rétention de Sardaigne » d’une capacité de 100 places, ajoute la même source.

« Environ 90% des arrivées d’Algériens en Italie se font depuis la Sardaigne », précise Flavio Di Giacomo de l’OIM Italie.

« Cette augmentation est réellement significative depuis janvier, auparavant même si des algériens arrivaient déjà en Italie par la Sardaigne, les chiffres étaient moins importants. Ainsi, en 2019, l’OIM a comptabilisé 1 000 arrivées d’Algériens en Italie alors qu’ils étaient 1 200 en 2018 et 2 300 en 2017 », détaille la même source.

Les autorités espèrent que l’ouverture du centre de rétention découragera les futurs migrants algériens à se rendre en Sardaigne. « Le bouche à oreille chez les étrangers qui tentent ce type d’entrée en Italie est très rapide : sachant qu’ils n’ont plus la possibilité de circuler librement sur le territoire, les Algériens choisiront d’abandonner la route de la Sardaigne », a déclaré Mauro Aresu, secrétaire régional du syndicat des policiers, cité par le média en ligne Sardinia Post.

« Reste que depuis ces annonces, les départs depuis l’Algérie n’ont pas cessé en février. Dernière arrivée en date en Sardaigne depuis les côtes algériennes, le débarquement de 18 migrants algériens en début de semaine », souligne Info Migrants.

« Selon nos informations, une embarcation avec 17 migrants à son bord serait quant à elle portée disparue depuis le 16 février, date à laquelle le canot a quitté le nord de l’Algérie en direction de la Sardaigne », conclut le média spécialisé.