Cour d’Alger : Des charges retenues contre Chakib Khelil et Mohamed Bedjaoui

R. N. et APS, El Watan, 22 février 2020

Le parquet général de la cour d’Alger a fait savoir que les instructions judiciaires diligentées concernant nombre d’affaires de corruption ont permis de retenir des charges et à mettre en évidence d’autres à l’encontre d’anciens ministres et walis. «Soucieux de tenir informée l’opinion publique des derniers développements en matière de procédure dans les affaires de corruption, le parquet général de la cour d’Alger précise que les instructions judiciaires diligentées ont abouti à retenir des charges à l’encontre d’anciens ministres et walis dans nombre d’affaires», lit-on dans le communiqué du parquet général émis jeudi.

Pour ce qui est de l’affaire de l’Algérienne des autoroutes (ADA), l’instruction a donné lieu à retenir des charges contre Mohamed Bedjaoui en sa qualité d’ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Chakib Khelil en sa qualité d’ancien ministre de l’Energie et des Mines, et Amar Ghoul en sa qualité d’ancien ministre des Travaux publics. S’agissant de l’affaire Sonatrach II, l’instruction a donné lieu à retenir des charges contre le nommé Mohamed Chakib Khelil en sa qualité d’ancien ministre de l’Energie et des Mines, tandis que l’information judiciaire ouverte dans l’affaire de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) a abouti à mettre en évidence des charges contre les nommés Abdelmalek Sellal, en sa qualité d’ancien ministre des Ressources en eau, Fatmi Rachid en sa qualité d’ancien wali de Béjaïa, Hocine Ouadah en sa qualité d’ancien wali de Tizi Ouzou, et Nouria Yamina Zerhouni en sa qualité d’ancienne wali de Mostaganem.

L’instruction judiciaire ouverte dans l’affaire de l’entreprise publique «Batigec» a donné lieu à retenir des charges contre le nommé Hamid Temmar, ancien ministre des Participations et de la Promotion de l’investissement, tandis que dans l’affaire BRC, l’enquête a abouti à la mise en évidence de la responsabilité des nommés Mohamed Chakib Khelil en sa qualité d’ancien ministre de l’Energie et des Mines et de Abdelmoumen Ould Kaddour, en tant que gérant de la société BRC Algérie. Dans l’affaire SNC Lavalin, l’information ouverte a abouti à retenir des charges contre les deux anciens ministres de l’Energie et des Mines, respectivement Mohamed Chakib Khelil et Noureddine Boutarfa.