Assises nationales pour l’alternative démocratique : la wilaya refuse de délivrer l’autorisation

Ryad Hamadi, TSA, 24 Janvier 2020

Sans surprise, la wilaya d’Alger n’a pas délivré l’autorisation pour la tenue, samedi 25 janvier, des assises nationales pour l’alternative démocratique initiée par les forces du PAD (pacte de l’alternative démocratique), initialement envisagées à la SAFEX.

« A 24h de la tenue des assises nationales pour l’alternative démocratique et la souveraineté populaire, les autorités de fait viennent de signifier tacitement le refus de l’organisation de ces assises malgré l’accord écrit de l’administration de la SAFEX délivré à l’UCP (Union pour le Changement et le Progrès) », écrit le PAD dans un communiqué rendu public.

Tout en « dénonçant et condamnant énergiquement ce refus supplémentaire », en prenant à témoin l’opinion publique nationale quant aux « atteintes répétées » aux libertés, les forces du PAD soulignent qu’« aujourd’hui les professions de foi du pouvoir se heurtent à la réalité de son autoritarisme ».

« Comme par le passé les autorités de fait continuent d’user du « double langage » : un discours officiel teinté « d’ouverture et d’apaisement » qui contraste avec les faits sur le terrain marqué par le dispositif répressif toujours en place et par la fermeture hermétique du champ politique et médiatique », relève le PAD qui regroupe, outre le RCD, le PT, le PST, le FFS, le MDS, l’UCP et la LADDH.

Le PAD exige la « levée immédiate » de toutes les entraves à l’exercice politique pacifique et que « cessent immédiatement » les atteintes aux libertés démocratiques.

Faute d’autorisation, ces assises auront lieu au siège du RCD à El Biar. Plus de 400 participants dont de nombreuses personnalités politiques et de la société civile sont attendus à ces assises. Les forces du PAD ont essuyé déjà des refus similaires, en juin, au mois d’août et en septembre.