Affaire EvCon Industry: Communiqué du Groupe Cevital

Liberté, 29 décembre 2019

Les appréhensions légitimes nées du procès d’Issad Rebrab, président du Groupe Cevital, fixé au 25 décembre puis renvoyé au 31 de ce mois, nous obligent à apporter à l’opinion publique des éléments d’information utiles, au sujet des accusations infondées dont il fait l’objet avec EvCon Industry. Cevital et ses 27 filiales n’ont jamais eu recours à la surfacturation, ni au faux ni à l’usage de faux.

Ces pratiques sont contraires à nos valeurs, consacrées par notre charte et à notre ADN, qui consiste en un réinvestissement permanent de nos bénéfices. Des bénéfices dégagés grâce notamment à la négociation au mieux de nos achats d’équipements et de matières premières. À Cevital, nous sommes convaincus que l’entreprise doit être un outil au service du développement économique d’un pays, et non un moyen pour profiter de ses richesses.

C’est cette conviction profonde qui nous conduit à envisager, par l’intermédiaire de notre filiale EvCon Industry, un projet d’envergure et inédit en Algérie. Ce projet consiste en deux centres de fabrication de membranes hydrophobiques de 3e génération, couvertes par 189 brevets, et utilisant une technologie disruptive et révolutionnaire. Ces membranes sont destinées à être placées dans des stations de production d’eau ultra-pure pour l’industrie pharmaceutique, l’industrie des semi-conducteurs et l’industrie agro-alimentaire.

Elles seront également utilisées dans des stations de traitement des eaux usées de l’industrie chimique, de l’industrie du pétrole et du gaz et dans des stations de dessalement d’eau de mer. Étant donné qu’il n’existe nulle part au monde d’équipements pour fabriquer ces membranes, il était nécessaire de concevoir et de réaliser des centres de fabrication spécifiques, donc des prototypes.

Pour réaliser ces centres de production full automatique et dotés de l’intelligence artificielle, il a été fait appel à un consortium composé de 8 sociétés de renommée mondiale : 3 sociétés allemandes, 1 filiale autrichienne d’une société sud-coréenne, 2 sociétés italiennes, 1 société suisse et 1 américaine. Toutes ces sociétés ont travaillé en étroite collaboration avec notre centre de recherche et développement EvCon Technology, basé à Munich en Allemagne.

C’est donc dans le cadre de ce projet technologique sans précédent, que nous avons importé, en juin 2018, cinq presses à injection de types DL 1300 A5 et DL 2300 A5, interconnectées avec les autres équipements composant le centre de production dont l’implantation est prévue à l’Arba, Blida. Il s’agit de prototypes conçus exclusivement et uniquement pour EvCon Industry, acquis sur fonds propres et sans aucun crédit bancaire.

Parmi ces équipements importés, figurent deux presses de cadres membranes de type DL 1300 A5. Conçues pour accueillir un moule de 17 tonnes à double empreinte avec 10 points d’injections simultanées, ces presses sont dotées de spécificités techniques inédites, qui ne se trouvent dans aucune autre presse au monde. Elles ont été commandées auprès de Woojin Autriche.

Basée en Europe, c’est cette filiale de recherche et développement de Woojin Corée du Sud qui a réalisé tout le travail de conception de ces prototypes et assuré la coordination avec les autres sociétés impliquées dans la fabrication de nos centres de production. Les services des Douanes ont considéré, à tort, que cette importation a été entachée de fausses déclarations sur la valeur et l’état des équipements.

Le Groupe Cevital réfute catégoriquement ces accusations. Il ne manquera pas de produire devant la justice les justificatifs et preuves nécessaires, à même de faire éclater la vérité et de rétablir l’innocence d’Issad Rebrab et de la société EvCon Industry. Il s’agit en réalité, et encore une fois, d’une machination orchestrée et fomentée par des éléments de l’ancien régime. Ces derniers ont instrumentalisé certains fonctionnaires de l’État dans l’objectif de bloquer Cevital et de nuire à son patron, dont le seul souci est le développement économique de son pays.

Aujourd’hui, nous réitérons notre confiance en la justice de notre pays pour rétablir la vérité. Premier exportateur hors hydrocarbures, premier employeur privé, plus grand contributeur au budget de l’État après Sonatrach, Issad Rebrab et Cevital restent attachés à leur seul et unique engagement qui ne saurait changer. Celui de participer au développement de l’Algérie.