À l’approche de la présidentielle, la mobilisation ne faiblit pas

Makhlouf Mehheni, TSA, 26 Octobre 2019

Une marée humaine à Alger et des marches à travers au moins une trentaine de wilayas pour le trente-sixième acte de la révolution populaire.

Ce vendredi 25 octobre, la tendance du renforcement de la mobilisation à l’approche de l’élection présidentielle s’est confirmée et le scrutin semble condamné à se tenir – s’il est maintenu – dans un climat de contestation et avec une rue qui gronde.

Cela, dans le meilleur des cas, car d’autres actions d’envergure et de nouveaux modes de protestation sont annoncés pour les prochaines semaines. À commencer par la grève générale à laquelle a appelé la Confédération des syndicats autonomes pour le 28 octobre.

L’initiative de la grève émane certes du monde syndical, mais elle a reçu la bénédiction d’une partie de la classe politique, avec l’appel à la rejoindre émis par les partis du pacte de l’alternative démocratique. L’issue de cette action constituera sans doute un tournant, en ce sens qu’un n très large suivi du mot d’ordre de grève risque en effet d’appeler d’autres actions similaires qui mettraient en péril le processus électoral.

Aussi, une méga-marche nationale est prévue le 1er novembre. Si, pour un vendredi « ordinaire », des centaines de milliers de manifestants, au bas mot, ont convergé vers les rues du centre d’Alger, une mobilisation historique devrait être enregistrée lors du trente-septième vendredi, jour anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération.

Le 5 juillet dernier, pour la commémoration de la fête de l’indépendance, le hirak avait enregistré un pic après un creux de plusieurs semaines dû au début des chaleurs et au mois du jeûne.

Le succès des marches du trente-sixième vendredi, survenant la veille de l’expiration du délai de dépôt des dossiers de candidature pour la présidentielle, est un énième message de rejet du scrutin qui n’offre pas, aux yeux des manifestants, les garanties d’un changement véritable. Une conviction d’autant plus renforcée que l’illusion d’un candidat qui pourrait être celui de la rupture, s’est définitivement envolée avec l’annonce des candidats potentiels : tous ou presque sont d’anciens soutiens ou responsables sous Bouteflika.

Certains y voient un pied-de-nez à la contestation, mais beaucoup considèrent que l’absence de candidats crédibles comme le succès le plus retentissant du hirak depuis l’empêchement de la tenue du scrutin d’abord le 18 avril, puis le 4 juillet. C’est simple, sans le retour en force des manifestations de rue, des partis de l’opposition auraient pu être tentés par une participation.

Ce regain de la mobilisation, en attendant le « tsunami » annoncé pour le 1er novembre, risque d’ébranler la sérénité réelle ou feinte du pouvoir et laisse planer beaucoup d’incertitudes sur la période à venir. Dans quelles conditions se tiendront les meetings de campagne et même le scrutin, la rue adoptera-t-elle d’autre méthode et de quelles cartes dispose encore le pouvoir pour assurer un minimum de conditions pour la tenue de l’élection ?

Il faut dire que toutes les recettes essayées jusque-là ont produit le juste contraire de l’effet escompté. Rien ne permet de déceler pour le moment un changement de cap dans la stratégie du pouvoir, mais il semble avoir renoncé, au moins momentanément, à la répression et aux emprisonnements tous azimuts.

L’autre tendance qui s’est confirmée lors de ce trente-sixième acte, c’est en effet la retenue des forces de l’ordre, qui ont certes procédé à quelques interpellations mais pas de l’ampleur des rafles de septembre où on enregistrait une centaine d’arrestations et une vingtaine d’incarcérations à l’issue de chaque vendredi.