Confédération des syndicats algériens: Appel à une «journée de protestation» le 29 octobre

M. M., Le Quotidien d’Oran, 20 octobre 2019

La Confédération des syndicats algériens (CSA) a annoncé jeudi dans un communiqué une «journée de protestation», prévue le 29 octobre prochain, pour protester contre une «rentrée sociale difficile», exprimer son «rejet de l’avant-projet de loi sur les hydrocarbures» et pour réitérer ses revendications sur plusieurs dossiers sociaux. La journée de protestation du 29 octobre se déroulera sous forme de marches «dans chaque wilaya» prévues à 10h.

Publié à la veille du 34e vendredi, le communiqué des syndicats autonomes de la fonction publique affirme maintenir la mobilisation de ses adhérents pour «continuer à soutenir le mouvement populaire pacifique et œuvrer pour le renforcer jusqu’à l’accomplissement de ses revendications légitimes». La CSA réitère ses exigences du «départ du gouvernement Bedoui et sa formation illégale» et refuse «d’exploiter les circonstances actuelles pour faire passer des projets et promulguer des lois décisives dont dépendra l’avenir des générations et qui affecteront la souveraineté nationale, telles que la loi sur les hydrocarbures et la législation du travail et des retraites».

Le communiqué «met en garde» contre «l’exploitation du gaz de schiste en raison de ses risques pour l’environnement et la santé».

Les syndicats de la CSA réclament également la «libération immédiate des prisonniers d’opinion et des activistes du mouvement populaire pacifique», dénoncent «les poursuites (judiciaires, ndlr) arbitraires» à leur encontre, et condamnent «la restriction systématique des espaces publics et la liberté de manifester et de se déplacer, ainsi que la fermeture des accès à la capitale».

La CSA dénonce également «les violations et les restrictions systématiques à la liberté d’expression et le contrôle des médias publics et privés».

Par ailleurs, la Confédération des syndicats algériens réitère son appel à la «nécessité de prendre des mesures pour calmer et rétablir la confiance, ainsi que pour donner des garanties dans le cadre d’un consensus national, permettant le succès de tout processus électoral juste et transparent, et appelle tous les participants au mouvement populaire pacifique à faire preuve de vigilance et de retenue et à maintenir la non-violence et renforcer la cohésion du peuple algérien, préserver son unité nationale et rejeter toute ingérence étrangère dans nos affaires intérieures».