L’université d’été de RAJ interdite par les autorités

Riyad Hamadi, TSA, 27 Août 2019

Initialement prévue à partir de ce mercredi à Tichy, à une vingtaine de Km à l’est de Bejaia, l’université d’été de l’association Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) n’aura finalement pas lieu.

La wilaya a en effet refusé d’accorder l’autorisation, a indiqué l’association dans un communiqué urgent. « La wilaya de Bejaia vient d’interdire la tenue de l’université d’été du RAJ initialement prévue pour les 28, 29 et 30 août 2019 au camp d’été Mam-tours à Tichy wilaya de Bejaia », écrit RAJ. Aucun motif n’a été avancé par l’administration pour justifier ce refus.

Placée sous le thème «Mouvement populaire du 22 février, révolution de l’espoir » et dédiée aux défunts Achour Idir, militant et syndicaliste, Kamel Eddine Fekhar, militant des droits humains et Remzi Yettou, mort suite à des violences policières dans la foulée des manifestations à Alger, l’université d’été de RAJ devait traiter de plusieurs thématiques dont « le mouvement populaire, sa genèse et ses perspectives », la « transition démocratique », le « rôle et la place de la jeunesse dans le mouvement », celle des étudiants, des femmes, des médias, des dynamiques de la société civile, de la classe politique ainsi que de la diaspora algérienne à l’étranger.

Selon une source proche de l’association, des actions de protestations sont envisagées pour demain et jeudi à Bejaia et à Alger. Dans un communiqué rendu public, la LADDH a appelé la société civile, politique et l’ensemble des militant-e-s à une « large mobilisation pour la défense des libertés ».

« Tous ensemble mobilisés et solidaires avec RAJ », indique le texte signé par Said Salhi réitérant l’exigence de «l’ouverture du champ de l’exercice des libertés publiques et démocratiques ».