Exportations vers l’Algérie : La Chine marque un bond et les pays européens reculent

Nadjia Bouaricha, El Watan, 09 juillet 2019

La Chine maintient sa place de premier fournisseur de l’Algérie avec pas moins de 3,5 milliards de dollars d’importations durant les cinq premiers mois de l’année 2019. La Chine a même marqué un bond de 23,23% durant cette période de référence par rapport à l’année dernière, elle couvre ainsi à elle seule plus de 18,8% des importations algériennes.

Une place que la Chine conserve depuis des années loin devant d’autres fournisseurs. La France, classée deuxième fournisseur de l’Algérie, vend ses biens à hauteur de 1,85 milliard de dollars, soit 9,94% des importations algériennes, durant les cinq premiers mois de l’année.

Les statistiques livrées par les services des Douanes soulignent même un recul des exportations françaises vers l’Algérie. Une baisse de 4,64% est enregistrée dans le niveau des importations en provenance de France. Une tendance baissière partagée par les fournisseurs européens. L’Espagne, classée troisième fournisseur, affiche un volume d’exportations vers l’Algérie de 1,41 milliard de dollars, en baisse de 8,02% par rapport à la même période de référence en 2018.

Elle est suivie de l’Allemagne avec 1,37 milliard de dollars, soit moins de 2,2% cette année par rapport à 2018, et de l’Italie avec 1,34 milliard de dollars, en baisse de 16,7% par rapport au premier semestre 2018. La Pologne est le pays européen qui fait exception puisqu’il enregistre une hausse de 33% des ventes de produits à l’Algérie mais dont le volume reste faible puisqu’il représente 265 millions de dollars.

Il est utile de souligner que la baisse des exportations vers l’Algérie a touché d’autres pays hors continent européen. C’est le cas des Etats-Unis dont les exportations sont en baisse de près de 38% (484 millions de dollars), de l’Argentine (748 millions de dollars) et de la Corée du Sud (384 millions de dollars) en baisse de près de 29%, de l’Inde (433 millions de dollars) avec une baisse de près de 21% et la plus forte baisse a concerné le volume des importations en provenance de Russie (291 millions de dollars), puisqu’il a baissé de 43,54%.

Une hausse du volume des importations a par contre concerné la Turquie avec plus de 4%, et l’Arabie Saoudite avec plus de 5%. A noter que la facture globale des importations durant les cinq premiers mois de l’année a atteint 18,60 milliards de dollars contre 19,64 milliards durant la même période de référence en 2018, soit une baisse de 5,32%. Durant les cinq premiers mois de 2019, cinq groupes de produits sur sept ont reculé par rapport à l’année 2018. Il s’agit notamment du groupe énergie/lubrifiants dont la facture a chuté de 60% en s’établissant à 244,8 millions de dollars contre 607,5 millions en 2018. Le groupe biens alimentaires continue d’être budgétivore même s’il a marqué une baisse de 10,52%.

Ce groupe affiche une facture de 3,54 milliards de dollars, contre 3,95 milliards durant la même période en 2018. Les biens de consommation non alimentaires continuent aussi à afficher une facture salée, estimée à 2,66 milliards de dollars, contre 2,76 milliards. Les biens d’équipement industriels causent des dépenses toujours faramineuses puisque leur achat a représenté un devis de 6,37 milliards de dollars contre 6,59 milliards l’année dernière. Par ailleurs, la facture d’importation des produits bruts enregistre une hausse de 3,67% avec 872,33 millions de dollars contre 841,45 millions, de même pour les demi-produits dont la facture a atteint 4,70 milliards de dollars.

La direction des Douanes constate que la balance commerciale de l’Algérie a été marquée par un déficit de l’ordre de 1,87 milliard de dollars durant les premiers mois de 2019 contre 2,60 milliards de dollars en 2018, rapporte l’APS, selon une information de la direction générale des Douanes. Le niveau des exportations a connu lui aussi une baisse légère de 1,86% en s’établissant à 16,73 milliards de dollars contre 17,04 milliards en 2018.

La couverture des importations a été assurée à hauteur de 90% par les exportations essentiellement constituées d’hydrocarbures (93,36% du volume global des exportations). Les exportations en hydrocarbures marquent une légère baisse de 1,2% et se sont chiffrées durant cette période à 15,61 milliards de dollars contre 15,80 milliards l’année dernière. Les exportations hors hydrocarbures restent insignifiantes avec 1,11 milliard de dollars, soit 6,64% du volume global des ventes algériennes contre 1,24 milliard en 2018. Elles enregistrent ainsi une baisse de 10% par rapport à l’année passée. L’Italie demeure premier client de l’Algérie avec 2,68 milliards de dollars, soit 16% des exportations algériennes globales, suivie de la France, l’Espagne, les Etats-Unis et la Turquie.