Décédé vendredi à Alger : Mustapha Guenatri, 4e martyr du hirak

Tarik Ait Sellamet, El Watan, 07 juillet 2019

Le hirak national a de nouveau été endeuillé à l’occasion du 20e vendredi de la mobilisation citoyenne à Alger contre le système politique en place, par un 4e «martyr du devoir».

Mustapha Guenatri, âgé de 68 ans, père de 6 enfants, a été victime d’un malaise avant de succomber à une crise cardiaque, quelques instants plus tard, lors de la manifestation du 20e vendredi qui a coïncidé avec la célébration de la date historique du 5 juillet, Fête de l’indépendance.

Le défunt a été victime d’un malaise au moment où il s’apprêtait, lui et ses amis, à rejoindre la foule du côté de la rue Didouche Mourad. Et dire qu’avant de rendre l’âme, ses amis avaient tenté de le dissuader de se déplacer au centre-ville pour prendre part au hirak en raison de son état de santé (diabétique, ndlr) et de la canicule qui sévit sur la capitale. «Celui qui ne sort pas aujourd’hui (vendredi, ndlr), le jour de la commémoration de l’indépendance de l’Algérie, est un traître», rétorqua feu Guenatri à ceux qui voulaient le persuader de rester bien au frais à la maison, témoigne un de ses amis l’ayant accompagné au centre-ville pour prendre part, comme à son habitude, au hirak.

Feu Mustapha Guenatri a été enterré, hier, au cimetière de Garidi, à Kouba (Alger). Avant lui, le hirak avait connu trois autres martyrs : Hassan Benkhedda (60 ans), Ramzi Yettou (23 ans) et Nabil Asfirane (48 ans).