Mustapha Bouchachi : « Les manifestants emprisonnés par la justice sont des détenus politiques »

HuffPost Algérie, 27 juin 2019

Dans un entretien au quotidien arabophone, El Khabar publié aujourd’hui, le célèbre avocat des droits de l’homme, Mustapha Bouchachi critique la manière avec laquelle l’institution militaire gère la situation politique actuelle et il se dit persuader qu’un plan contre la révolution est en marche.

“Je crains qu’un plan contre la révolution est en marche, et que des partis politiques tentent de se repositionner après avoir changé leurs responsables, car la transition démocratique demeure impossible avec les symboles du régime corrompu”, déclare Me Bouchachi.

Selon l’ancien député la situation actuelle est la preuve de “l’absence de volonté de changer le système et d’aller vers un véritable processus démocratique″, alors que les revendications du mouvement populaire sont claires et se résument au départ du Premier ministre Noureddine Bedoui, et du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah.

Une condition sine qua non avant d’entamer une réelle transition, d’autant comme le rappel Me Bouchachi le mandat du chef de l’Etat expire le 9 juillet, d’où la nécessité de désigner une personnalité consensuelle.

Au sujet des arrestations et des mises sous détention provisoire d’algériens, dont le seul crime est d’avoir brandi le drapeau Amazigh lors des manifestations de vendredi dernier, le militant des droits de l’homme juge ses arrestations arbitraires et politiques. “Les personnes incarcérées à la prison d’El Harrach sont  des détenus politiques et “sont la preuve que la justice n’est pas indépendante car elle a réagi après le discours du chef d’Etat-Majour, Ahmed Gaïd Salah du 20 Juin.” juge Mustapha Bouchachi.