Enquête liée à des affaires de corruption: Djoudi et Tou sous contrôle judiciaire

Moncef Wafi, Le Quotidien d’Oran, 17 juin 2019

Les anciens ministres des Finances et des transports, Karim Djoudi et Amar Tou, ont été placés, hier, sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction près la Cour suprême après son audition dans le cadre d’une enquête liée à des affaires de corruption. Ils comparaissaient pour être entendus à propos d’affaires concernant la dilapidation de derniers publics, d’abus de fonction et d’octroi d’indus privilèges. Quelques jours plus tôt, l’ex-ministre des Travaux publics Abdelghani Zaâlane avait été également placé sous contrôle judiciaire après avoir été auditionné dans des affaires liées à la corruption et ses deux passeports (ordinaire et diplomatique) lui ont été retirés. La Cour suprême avait ordonné, la semaine dernière, le placement des deux anciens Premier ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que l’ancien ministre du Commerce et des Travaux publics, Amara Benyounes, en détention provisoire à la prison d’El Harrach pour les mêmes chefs d’accusation. L’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et celui d’El Bayadh devraient eux être entendus aujourd’hui.

Pour rappel et en application des dispositions de l’article 573 du Code de procédure pénale, le parquet général près la Cour d’Alger avait transmis au procureur général près la Cour suprême, le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la Gendarmerie nationale d’Alger, pour des faits à caractère pénal, à l’encontre des ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, des anciens ministres Abdelghani Zaâlane, Amar Tou, Boudjemaa Talaï, Amar Ghoul, Abdelkader Bouazgui, Karim Djoudi, Abdesslam Bouchouareb et des ex-walis, notamment Zoukh et Mohamed Djamel Khanfar.

En outre, on évoque l’émission d’un mandat d’arrêt international à l’encontre de l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, qui se trouverait actuellement au Liban. Pour l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil, son dossier a été transmis à la cour suprême. Par ailleurs, le SG du RND, actuellement en prison dans le cadre d’une autre affaire, a été présenté, hier, en compagnie des frères Oulmi, Mourad et Kheider, devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed pour des affaires concernant des soupçons de corruption et de transfert illicite de devises à l’étranger.

Le patron du groupe Sovac a été arrêté, jeudi dernier, par la brigade de la Gendarmerie nationale de Bab Jdid. 52 cadres du groupe étaient aussi auditionnés par le procureur dans le cadre de la même affaire. Comme les Kouninef, Tahkout et Haddad, les frères Oulmi entraînent plusieurs hauts responsables avec eux. Il s’agit principalement de l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, l’ex-ministre de l’Industrie Youcef Yousfi et l’ex-directeur général du Crédit populaire algérien (CPA).