L’arrestation d’Arslan Chikhaoui, ex-intermédiaire important de réseaux d’affaires algériens

Algeria-Watch, 14 juin 2019

Nous reproduisons ci-après la brève du site <bourse-dz.com> annonçant le 4 juin 2019 l’arrestation de l’intermédiaire Arslan Chikhaoui, sous le titre « Sécurité nationale : Arslan Chikhaoui sous mandat de dépôt ». Largement inconnu du grand public, proche des États-Unis où il a étudié, ce dernier était de longue date un intermédiaire important entre de puissants réseaux de pouvoir et d’affaires au sein du régime algérien, en particulier ceux qui étaient liés au général Mohammed « Toufik » Médiène, chef de la police politique (DRS) de 1990 à 2015 et du général Larbi Belkheir, un des artisans du putsch du 11 janvier 1992 et homme fort du régime jusqu’en 2004, décédé en 2010. Réseaux aujourd’hui en voie de liquidation par les chefs de l’ANP, qui entendent profiter du mouvement populaire pour se débarrasser des « groupes d’intérêts » qu’ils ne contrôlent pas.

Pour éclairer la portée de cet événement largement ignoré par les médias, tant algériens qu’occidentaux, il nous a semblé intéressant de signaler l’analyse (assez naïve et sans distance) que proposait en novembre 2005 dans un câble confidentiel révélé par Wikileaks l’ambassadeur américain en Algérie (Richard W. Erdman), du parcours d’Arslan Chikhaoui. L’ambassadeur expliquait en substance que ce dernier estimait que le DRS était le principal promoteur en Algérie de la lutte anti-corruption et de la modernisation de l’économie : « Arslan Chikhaoui, consultant privé à la fin de la trentaine ou au début de la quarantaine, a des liens étroits avec les milieux militaires et du renseignement algériens, le monde des affaires et les dirigeants politiques. Fervent partisan de la réforme et de la modernisation algériennes, Chikhaoui est un observateur avisé de la scène locale, un participant de longue date à la prestigieuse conférence de Davos, le neveu par alliance du ministre Guenaïzia, ministre délégué à la Défense, ancien conseiller en communication de l’ex-chef des forces armées Lamari et conseiller informel du président Bouteflika et du Premier ministre Ouyahia. Chikhaoui, diplômé de l’UCLA à Berkeley, pense pouvoir contribuer au processus de réforme de l’extérieur du gouvernement à ce stade, mais espère occuper un poste de haut niveau, y compris celui de Premier ministre, dans les deux ou trois prochaines années. Lors d’un déjeuner en tête-à-tête avec l’ambassadeur le 5 novembre, M. Chikhaoui a exposé ses réflexions sur les clans en tant que clé pour comprendre l’équilibre des forces politiques en Algérie ; “lobbies” pro-français intégrés dans la bureaucratie algérienne ; chiffres clés du renseignement militaire en tant que force de réforme ; le rôle de l’armée dans la révélation et la poursuite des affaires de corruption récentes ; résistance aux réformes bancaires ; les relations interpersonnelles et les tensions au sein de l’armée algérienne ; le soutien du ministre délégué Guenaïzia à la coopération militaire américano-algérienne ; et les dangers potentiels de ne pas ouvrir le système politique d’une manière qui permette un vrai débat politique, incluant la génération plus jeune de la guerre post-Libération dans la prise de décision et assurant un changement politique pacifique. »


Sécurité Nationale: Arslan Chikhaoui sous mandat de dépôt

bourse-dz.com, 4 juin 2019 
 
L’économiste Arslan Chikhaoui a été arrêté, il y a quelques jours, par les services de sécurité et présenté devant la justice militaire de Blida. Le juge d’instruction en charge de l’affaire l’a placé sous mandat de dépôt.

Arslan Chikhaoui est accusé dans une affaire de sécurité nationale.

Arslan Chikhaoui est diplômé en relations internationales de l’université de Berkeley aux états-Unis. Depuis 1994, il est président et directeur général du centre de conseil Nord-Sud Ventures, spécialisé dans le business intelligence, la stratégie et le lobbying global.  Il a élaboré de nombreux travaux et essais, sur notamment la politique euro-méditerranéenne et la privatisation en Algérie.

Chikhaoui était également consultant auprès de plusieurs entreprises algériennes de droit privé.