Elle organise une conférence nationale le 15 juin

L’initiative de la société civile veut une «rupture avec le régime»

Mohamed Kebci, Le Soir d’Algérie, 3 juin 2019
 
L’initiative de la société civile invite à accélérer le processus d’une transition démocratique sereine à même de consacrer la rupture avec le despotisme et la corruption qui permettra d’en finir avec la fraude électorale et l’édification d’institutions légitimes et crédibles.
M. Kebci – Alger (Le Soir) – C’est, entre autres, des recommandations de la troisième réunion, avant-hier, de l’initiative de la société civile en vue d’arrêter une feuille de route à même de sortir le pays de la crise multidimensionnelle qu’il endure.
Aussi, cette initiative qui regroupe trois pôles, le collectif des dynamiques de la société civile pour une transition démocratique, la confédération des syndicats algériens et le forum civil pour le changement, réaffirme son attachement au dialogue responsable, sérieux et rationnel qui permet la résolution de la crise politique du pays avec l’impératif du départ des fameux trois B (Bensalah-Bouchareb-Bedoui) comme réclamé sans cesse par le mouvement populaire, et ce, en actionnant les articles 7 et 8 de la Constitution.
Les présents à ce conclave réclament également la levée de toutes formes de restrictions qui touchent le mouvement populaire pacifique et les espaces politique, syndical et associatif, de permettre à la famille médiatique dans tous ses segments (audiovisuel et presse écrite), d’accomplir ses missions loin de toutes pressions, de cesser les interpellations et les poursuites judiciaires contre les activistes et les participants au mouvement populaire, de s’empêcher de prendre des décisions économiques majeures en cette période.
Les acteurs de l’initiative de la société civile insistent sur le fait que leur démarche traduit fidèlement les aspirations du mouvement populaire et permettra leur matérialisation.
Pour ce faire, il a été décidé de la tenue d’une conférence nationale de la société civile, le 15 juin prochain, pour l’annonce de la feuille de route pour sortie de crise. Dans cette perspective, une commission a été installée et est déjà à pied d’œuvre pour l’établissement d’un projet de feuille de route consensuelle qui n’est qu’une synthèse des feuilles de route des trois composantes de l’initiative. Un projet qui sera débattu et validé lors de cette conférence qui, selon le président du RAJ (Rassemblement-Actions-Jeunesse), n’est que la première phase de la démarche. La seconde étape verra, selon Abdelouahab Fersaoui, cette feuille de route soumise à la classe politique et à des personnalités nationales. Notre interlocuteur insiste sur le fait qu’il s’agit pour l’initiative de la société civile d’enclencher une transition démocratique qui soit la plus courte possible, non sans préciser que les divergences ne tournent qu’autour des mécanismes à mettre en œuvre pour matérialiser cette transition partagée par un grand nombre.
M. K.