Alger: La marche des étudiants empêchée

R. N., Le Quotidien d’Oran, 3 juin 2019

La marche des étudiants a été empêchée hier par un imposant dispositif policier devant les accès aux environs immédiats de la Grande Poste d’Alger, mais également devant le portail de la Faculté centrale. Avancée au dimanche en raison d’une probable coïncidence du mardi avec le premier jour de l’Aïd El Fitr, l’ultime marche des étudiants pendant de Ramadhan a drainé une faible participation par rapport aux précédentes. Annoncée pour 11h, la marche n’a pu démarrer à temps depuis la Faculté centrale dont le principal portail d’accès était carrément barricadé par plusieurs rangées de policiers anti-émeutes pour interdire tout mouvement des étudiants vers la rue Didouche Mourad. Même le sit-in improvisé devant la Faculté a été empêché.

Les policiers ont par la suite usé de la force pour disperser les étudiants qui étaient amassés devant l’accès au métro devant le lycée Pasteur. Une brèche a été volontairement ouverte par les policiers poussant les étudiants à se diriger vers la rue Arezki Hamani qui donne sur Hassiba Ben Bouali. A ce niveau, c’est un autre bloc de policiers qui ferme l’accès de la rue Hassiba Ben Bouali pour empêcher les étudiants, en usant des matraques, de continuer leur marche vers la place du 1er Mai.

«Dawla madaniya machi askariya», «Dégage» et «Pouvoir assassin», scandaient les étudiants dont le nombre était sensiblement inférieur à la précédente marche. En plus de l’approche de la période de fête qui voit de très nombreux étudiants des cités universitaires rentrer chez eux, cette faible participation est due aussi au choix de dernière minute fait par les organisateurs de marcher le dimanche en prévision d’un éventuel Aïd El Fitr le mardi.