Le général Hocine Benhadid placé sous mandat de dépôt

TSA, 12 Mai 2019

Le général à la retraite Hocine Benhadid a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du Tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, a-t-on appris de source judiciaire. Les raisons de son incarcération n’ont pas été précisées.

Le 22 mars 2018, le général Benhadid avait été condamné par le même Tribunal à une année de prison avec sursis et 20.000 DA d’amende. Il était poursuivi pour entreprise de démoralisation de l’armée à travers des déclarations faites en septembre 2015 sur Radio M. Il a été placé sous mandat de dépôt le 1er octobre 2015, et libéré quelques mois plus tard, en juillet 2016 pour des raisons de santé.


Entretien avec Me Bachir Mechri, avocat du général Hocine Benhadid

Nadia Mellal, TSA, 12 mai 2019

Me Bachir Mechir est l’avocat du général à la retraite Hocine Benhadid qui a été mis sous mandat de dépôt ce dimanche. Entretien.

Où se trouve actuellement le général à la retraite Hocine Benhadid ?

Il est à la prison d’El Harrach, placé sous mandat de dépôt.

Le général Benhadid a-t-il reçu une convocation par le tribunal ?

Non. Il a été appréhendé par les services de sécurité qui se sont adressés à lui avec respect et considération et lui ont demandé de les suivre pour le présenter devant le parquet.

Pourquoi Benhadid a-t-il été arrêté ?

Parce qu’il a écrit une lettre (publiée dans El Watan, NDLR) à Gaid Salah qu’il m’a chargé de lui traduire d’ailleurs. Je l’ai interrogé sur les raisons de la rédaction de sa lettre. Il m’a dit qu’il faut qu’on soutienne Gaid Salah, qu’on soit à ses cotés et qu’on l’aide. Qu’il ne faut pas qu’on le laisse seul.

À travers sa lettre il voulait donc aider Gaid salah à trouver une solution à la crise ?

C’est le cas, en effet, il m’avait dit qu’il faut qu’on l’aide à trouver la solution à la crise. Et que la solution est politique. Il a fait sa lettre dans le but d’appuyer l’état-major de l’ANP. C’était son intention.

Qu’avez vous conseillé au général Benhadid au sujet de cette lettre ?

Je lui ai conseillé d’envoyer la lettre à Gaid Salah et par la suite de la rendre publique. Mais, il m’a répondu qu’il ne connaissait pas une personne de confiance qui pouvait la lui transmettre en mains propres. Le moyen le plus sûr que Gaid Salah lise la lettre ouverte était selon Benhadid de la rendre publique. C’est ce qu’il m’a-t-il fait remarquer. Mais le comble, est que la lettre a été mal interprétée.

Mal interprétée ?

Il y a des gens qui veulent induire en erreur Gaid Salah, lui nuire et ternir son image. Ils l’ont induit en erreur en lui faisant une mauvaise lecture de la lettre. Ceci alors que le général Benhadid n’a rien fait, il a juste proposé une solution politique à la crise. En considérant que la prise en charge de la crise actuelle du pays n’est aucunement constitutionnelle.

Par qui la lettre de Benhadid a-t-elle été mal interprétée ?

Ce sont les gens qui soutiennent l’ancien régime et qui souhaitent être maintenus et demeurer encore. Ce sont ceux que Gaid Salah a appelé el issaba. Il y a des gens justement qui bossent pour ce gang.

Qui a donné l’ordre d’arrêter Benhadid ?

On ne sait pas. Le mandat de dépôt a été prononcé par le juge d’instruction. Voilà ce que je sais.

Quels sont les motifs de son arrestation et de son placement sous mandat de dépôt ?

Ils lui ont dit que la lettre affecte le moral de l’institution militaire et menace la sécurité du pays.

Que pensez-vous des arrières pensées de cette affaire ?

Benhadid avait juste l’intention de soutenir et d’aider Gaid Salah dans la recherche d’une solution adéquate à la crise actuelle. Surtout après que Gaid Salah ait déclaré qu’il était prêt à étudier toutes les propositions. Par son geste Benhadid a voulu dire à l’état-major d’abord qu’il n’était pas seul et que la solution à la crise ne pouvait être que politique. À plus forte raison que Gaid Salah avait pris précédemment des décisions respectables. Maintenant, les gens qui refusent le changement ont plusieurs méthodes d’actions pour nuire à l’image de Gaid Salah.