Affaire Melzi : les révélations accablantes d’un ancien ministre du Tourisme

Fayçal Métaoui, TSA, 08 Mai 2019

Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme et de l’Artisanat (1997-1999) et actuel président du parti el Bina, a dévoilé, cette semaine, lors d’une conférence au club El Moudjahid, à Alger, les circonstances dans lesquelles les villas du complexe Moretti, à l’ouest d’Alger, ont été vendues, voire bradées en 1999.

« Moretti a été vendu au dinar symbolique. Les villas, qui valaient entre 20 à 30 milliards de centimes, ont été vendues à prix bas. La plus chère a été cédée à 14 millions de centimes ! J’ai refusé ces décisions et je n’ai pas assisté à la réunion du Conseil de participation de l’Etat (CPE) », a-t-il révélé.

M. Bengrina est revenu également sur ses rapports avec Hamid Melzi, ex-directeur des résidences d’Etat Club des Pins et Moretti. « J’étais son responsable hiérarchique. Quand je voulais mettre fin à ses fonctions, il m’a enlevé la maison que j’avais au Club des Pins. Ensuite la Résidence d’Etat a été retirée à la tutelle du ministère du Tourisme pour être mise sous l’autorité de la Primature par décret. A l’époque Ahmed Ouyahia était chef du gouvernement. J’avais refusé que Moretti soit ajouté au Club des Pins comme Résidence d’Etat », a-t-il dit.

Le Sheraton Alger a coûté 200 millions de dollars

Selon lui, le ministère du Tourisme a été écarté du projet de construction du Sheraton Club des Pins qui a été confié à Hamid Melzi alors PDG de la Société d’investissement hôtelier (SIH).

« Ce projet évalué à 200 millions de dollars a été géré par une seule personne. Comment se peut-il qu’un projet d’Etat soit confié à une personne de gré à gré ? J’ai envoyé à l’époque un dossier complet à Ali Benflis qui était directeur de cabinet du président Bouteflika. C’était d’ailleurs une des raisons qui m’ont amené à démissionner du gouvernement », a confié M. Bengrina.

L’ancien ministre a fait une comparaison entre le coût de construction du Sheraton Club des Pins et Le Mercure de Bab Ezzouar (Alger).

« Le Mercure, qui n’est pas loin dans les standards de Sheraton, est un don du gouvernement chinois. Son coût était de 45 millions de dollars, 200 millions de dollars pour le Sheraton Club des Pins et 85 millions de dollars pour le Sheraton Oran. Le directeur de la société libyenne d’investissements extérieurs, qui était partenaire de la Société d’investissement hôtelier (SIH), m’a confié qu’il y avait beaucoup de commissions dans le Sheraton Oran. Malgré cela, son coût était de 85 millions de dollars, pas de 200 millions de dollars comme pour le Sheraton Alger », a-t-il détaillé. Un dossier a été remis, selon lui, au président Abdelaziz Bouteflika sur ces projets.

« Vous avez tous vu à la télévision comment Bouteflika a chassé et insulté Melzi lorsqu’il lui présentait le projet du Sheraton Oran en l’accusant de prendre de l’argent sous la table. Mais, la règle est que celui qui est insulté par Bouteflika reste à son poste et celui qui est remercié est écarté. Bouteflika a laissé Melzi à son poste pendant vingt ans. C’est lui qui a chapeauté les projets du Sheraton Oran, Mariott Alger, etc. », a-t-il détaillé. La SIH gère une douzaine d’hôtels de haut standing.

Tous les investisseurs étaient dirigés vers Hamid Melzi

Abdelkader Bengrina a confié avoir contacté Abdallah Bin Jassim Al Thani, responsable des investissements touristiques au Qatar, pour venir chercher des opportunités en Algérie.

« A l’époque, je n’étais plus ministre. Abdallah Bin Jassim Al Thani a rencontré le ministre du Tourisme de l’époque qui l’a orienté vers Melzi. Le responsable qatari est venu avec une lettre de l’Emir et une enveloppe de dix milliards de dollars à investir en Algérie. Il est reparti en me disant qu’il est impossible de faire des investissements en Algérie en raison de la corruption et que son Etat lui interdit de donner des commissions », a-t-il révélé.

Même scénario avec le prince et homme d’affaires saoudien Al Walid Ben Talal. « J’ai réussi à le convaincre de venir investir en Algérie. Il était prêt à mettre 12 milliards de dollars dans ces investissements et à reprendre les hôtels Sofitel et Mercure Alger notamment. J’ai contacté à l’époque le directeur de cabinet à la présidence de la République Larbi Belkhir. Al Walid Ben Talal est venu, reçu par le président Bouteflika, par Larbi Belkhir et par le ministre du Tourisme. Mais finalement, il est reparti sans mettre un seul dinar en Algérie parce qu’il a été orienté vers la même personne (Hamid Melzi) », a-t-il encore révélé.

Limogé par Bensalah, Hamid Melzi a été arrêté, puis placé sous mandat de dépôt, et poursuivi pour « espionnage. »