Kamel «El-Bouchi» de nouveau auditionné

Il sera entendu par le juge d’instruction aujourd’hui

Abla Chérif, Le Soir d’Algérie, 13 février 2019

Une nouvelle audition de Kamel El-Bouchi est programmée ce matin au tribunal d’Alger où le juge d’instruction en charge du dossier l’écoutera pour la quatrième fois consécutive au sujet de l’affaire «corruption et foncier».
Abla Chérif – Alger (Le Soir) – Jusqu’à l’heure, l’opinion demeure cependant très peu informée des développements de cette affaire, comme de toutes les autres d’ailleurs, liées à la découverte de 701 kg de cocaïne au port d’Oran au cours de l’été dernier.
Le secret qu’impose l’instruction expliquerait en partie le silence de la justice, des pouvoirs publics et même de la défense de l’accusé. En partie seulement, car à cela s’ajoute la sensibilité de tout ce qui se rapporte à une découverte ayant entraîné une série d’évènements, et pas des moindres.
Des têtes sont tombées, celles du chef de la police algérienne Abdelghani Hamel, le directeur de la Sûreté nationale d’Alger, et des bouleversements encore jamais enregistrés au sein des trois structures de sécurité du pays (police, gendarmerie, ANP). Un coup de filet a été également opéré dans les réseaux soupçonnés d’avoir été corrompus par Kamel El-Bouchi, cette fois dans les milieux mêmes de la justice où un procureur et son adjoint ont été arrêtés et incarcérés à la prison d’El-Harrach. C’est sur ce point que l’accusé principal sera donc à nouveau écouté aujourd’hui.
Certaines informations indiquent qu’il s’agit là de la dernière étape à laquelle procédera le magistrat avant la signature du procès-verbal officialisant la fin de l’instruction sur cette affaire.
Selon les textes de procédure en vigueur, la finalisation de cette étape devrait normalement déboucher sur l’organisation d’un premier procès avant la fin de ce mois de février qui marquera les huit mois de détention du prévenu.
Les mêmes sources font, par ailleurs, savoir que tout prolongement de ce délai serait contraire à la loi. El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, est aussi et principalement poursuivi pour importation de cocaïne, découverte, rappelons-le, dans un conteneur lui appartenant.
La marchandise en provenance du Brésil a transité par l’Espagne où les autorités, informées de la présence de la drogue, ont alerté les responsables algériens.
Le mis en cause, qui a fait l’objet de plusieurs auditions (quatre en tout) sur le sujet, aurait constamment, nous dit-on, nié en bloc toute implication dans cette affaire.
A chaque présentation, il a tenté de prouver son innocence en insistant sur l’inexistence d’un bon d’achat comportant sa signature. Dans la chronologie des évènements, le navire transportant ce conteneur a été récupéré par les autorités algériennes très peu de temps après son arrivée en Espagne. Bien que la discrétion entourant l’évolution de l’instruction judiciaire n’ait pas permis d’en savoir plus à ce stade, plusieurs experts ont relevé la «coïncidence ?» entre cette affaire et les saisies de cocaïne opérées depuis l’été dernier. La prise la plus spectaculaire est celle de Skikda où 300 kg de cette drogue dure ont été découverts dans des sacs hermétiques flottant au large des côtes.
Selon les détails livrés par le ministère de la Défense, le commando de la marine (décoré plus tard) a fait cette découverte durant une mission ordinaire. Ce qui ne semble pas être le cas pour la saisie de Skikda.
Pour certains, le 1,15 kg de cocaïne trouvé dans un conteneur de fromages importés pourrait probablement être lié à des «révélations» faites par Kamel El-Bouchi.
A. C.