L’Algérie ne couvre ses besoins alimentaires qu’à 55%

Selon le docteur en agronomie Fouad Chehat

Akli Rezouali, El Watan, 30 janvier 2019

Notre sécurité alimentaire n’est réellement couverte qu’à hauteur de 55% par la production nationale, soit un niveau bien inférieur aux 70% annoncés ça et là.» C’est en ces termes que le docteur en agronomie et ancien directeur général de l’Institut national de recherche agronomique (INRA), Fouad Chehat, a tenté d’avertir hier, lors de son passage à l’émission «Invité de la rédaction» de la Radio nationale, contre les risques d’aggravation à terme des dangers de la dépendance alimentaire de l’Algérie vis-vis des marchés extérieurs.

Selon lui, le seul moyen de vérifier le degré d’autosuffisance alimentaire du pays est d’évaluer les quantités de kilocaloriques consommées par habitant et cela révèle en effet que le niveau de sécurité alimentaire de l’Algérie ne dépasse guère les 55%. Alors que 80% du blé tendre consommé en Algérie provient de l’étranger, d’autres produits essentiels, a-t-il averti, dépendent en réalité de l’importation, tels que les huiles, le sucre et le poulet.

Aussi, note l’ancien directeur de l’INRA, même si les rendements agricoles actuels ont atteint des niveaux que l’on ne pouvait envisager il y a 30 ans, il n’en demeure pas moins que le véritable enjeu réside dans «les semences et les plants», dont la quasi-totalité, a-t-il dit, «provient de l’importation», en particulier pour les légumes.

Décriant l’absence d’une stratégie agricole nationale de long terme, mais aussi la faiblesse de la recherche agronomique pour mettre au point de nouvelles variétés adaptées aux conditions locales, Fouad Chehat souligne en définitive que la situation actuelle ne peut être tenable, au vu de la fragilité des finances publiques et de la croissance démographique à venir.

L’agriculture ne peut se moderniser sans une continuité dans l’effort et les actions des pouvoirs publics et des autres acteurs du secteur, a fait valoir l’ancien directeur de l’INRA, ajoutant qu’une véritable stratégie de sécurité alimentaire doit s’inscrire sur le long terme, en impliquant non seulement le secteur agricole, mais aussi ceux de l’industrie et des ressources en eau.