Alger et Moscou sur les questions régionales et internationales : « Convergence de vues », soulignée par Messahel et Lavrov

Le Courrier d’Algérie, 26 janvier 2019

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a estimé, jeudi, deuxième jour de sa visite officielle à Alger que la prochaine session de la Commission mixte économique algéro-russe, qui se tiendra  du 28 au 30 janvier prochain, en Russie, sera l’occasion de l’examen des «possibilités » offertes à Moscou et Alger, pour renforcer «davantage les relations bilatérales», notamment dans le domaine économique. De son côté, le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, se félicitant des «relations historiques et privilégiées» qu’entretiennent l’Algérie et la Russie, il relève la volonté des deux pays d’œuvrer à les «renforcer davantage».

Convaincus que les perspectives de hisser les relations entre les deux pays, à un niveau encore plus pertinent entre Alger et Moscou, au regard des liens historiques et en traduction de la déclaration commune sur le Partenariat stratégique, algéro-russe, la diversification des domaines de coopération bilatérale et l’objectif d’augmenter les échanges commerciaux et les investissements, vont être, dès lundi prochain à Moscou, au cœur des travaux de trois jours, de la 9ème session, durant la Commission mixte économique algéro-russe. Affirmant dans ses déclaration «avoir discuté longuement avec son homologue russe» de la nécessité de donner, dira Messahel, «un contenu économique beaucoup plus grand » à la relation algéro-russe, notamment en l’élargissant à d’autres secteurs, pour qu’elle «soit plus globale», c’est ainsi et par cette voie, que la relation entre ces deux pays puisse «répondre vraiment aux attentes des deux peuples et des deux gouvernements», a précisé Messahel., jeudi dernier. Côté russe, l’extension de sa coopération avec l’Algérie, pour inclure notamment de nouveaux secteurs, mais non seulement, puisque selon le ministre russe, son pays est intéressé par des contacts directs et réguliers, entre les milieux d’affaires des deux pays. Déclarant, en effet, que « beaucoup d’entreprises russes travaillent déjà en Algérie» Sergueï Lavrov a fait savoir que «de nombreuses autres voudraient rejoindre des projets communs» a-t-il indiqué avant d’ajouter qu’«aujourd’hui, nous avons convenu d’encourager les contacts directs et réguliers entre nos milieux d’affaires» a-t-il affirmé, lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le ministre Messahel, jeudi dernier. Notons que la sixième visite en Algérie, du chef de la diplomatie russe, intervient la veille de la tenue, dès lundi prochain, durant trois jours, de la 9ème session de la commission mixte algéro-russe, à Moscou. Le chef de la diplomatie russe, arrivé en Algérie mercredi, pour une visite de deux jours, poursuit sa tournée maghrébine, il était hier, au Maroc et sera aujourd’hui en Tunisie. Lors de la session de la commission mixte algéro-russe, les priorités de coopération entre les deux pays seront définies outre que ce rendez-vous sera sanctionné par notamment une feuille de route pour suivre la mise en œuvre des objectifs, que se fixeront les deux pays, lors de leur conclave à Moscou. Le chef de la diplomatie russe a eu à mettre en avant « l’importance» pour l’Algérie et la Russie de «coordonner leurs efforts et leurs actions dans le domaine de l’énergie» a-t-il soutenu, y compris, a poursuivi Lavrov, «au sein du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) » avant de rappeler qu’Alger et Moscou ont «tracé les voies concrètes ou comment mettre en œuvre les objectifs qui ont été fixés dans la déclaration commune sur le partenariat stratégique» entre les deux pays, signée, avril 2001, au terme de la visite d’État du Président Abdelaziz Bouteflika, en Russie.

«Convergence de vues» sur les questions régionales et internationales entre l’Algérie et la Russie

S’exprimant, lors de la conférence de presse conjointe avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, à Alger, jeudi dernier, le ministre Messahel a relevé une «convergence de vues» entre l’Algérie et la Fédération de Russie sur plusieurs questions régionales et internationales, dont la lutte contre le terrorisme, le règlement des tensions et des crises via le dialogue politique, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, selon la Légalité internationale, s’agissant de la question du Sahara occidental, question de décolonisation inscrite sur l’agenda des Nations unies. Le ministre Messahel dira que la rencontre, entre lui et Lavrov, leur a «a permis d’évoquer le phénomène de lutte contre le terrorisme et la concertation entre les deux pays dans ce domaine, dans le cadre de nos stratégies respectives de lutte contre ce fléau, mais également de la stratégie de l’ONU en la matière», a-t-il précisé. Les échanges de vue et des analyses respectives ont concerné les situations de crises et de conflits en Syrie, en Libye, au Mali, au Sahel, au Sahara occidental, au Yémen ainsi que sur la question palestinienne. À ce titre, Abdelkader Messahel s’est félicité de la «convergence de vues» entre Alger et Moscou, quant à la nécessité «de promouvoir des solutions politiques et de règlements pacifiques à ces crises», dans le cadre du respect, ont réitéré Messahel et Lavrov, «de la légalité internationale et des principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, notamment le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes» selon le propos de Lavrov. De son côté Messahel, dira que «nous avons relevé une convergence de vues sur le principe du respect de la souveraineté des peuples, le respect de l’intégrité territoriale, le respect des décisions des Nations unies et leurs mises en œuvre, notamment en ce qui concerne la Palestine et le Sahara occidental», a-t-il précisé. À cette occasion, le chef de la diplomatie russe a salué, le rôle que joue Alger en faveur des règlements des tensions et des crises, notamment, cite-t-il, celui en direction de la crise malienne.

Karima Bennour

Voir aussi : vidéo

et vidéo