Emigration clandestine: Près de 4.000 tentatives déjouées en 2018

M. Aziza, Le Quotidien d’Oran, 6 janvier 2019

Le nombre des tentatives d’émigration clandestine connaissent ces dernières années une hausse inquiétante. Des Algériens dont des femmes et des enfants tentent de franchir clandestinement la Méditerranée pour rejoindre l’Europe au péril de leur vie.

Selon des chiffres rendus publics hier par la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), près de 4.000 tentatives d´émigration clandestine ont été déjouées en 2018 par les gardes-côtes, dont 287 femmes et 1.126 mineurs accompagnés ou non accompagnés. Pour la Ligue, ces chiffres ne reflètent pas la réalité du terrain, puisqu’il s’agit uniquement des harraga qui ont été interceptés, sans tenir compte de ceux qui sont morts noyés en mer lors de leur fatale aventure et qui n’ont pas été repêchés à ce jour.

Force est de constater que le nombre des tentatives d’émigration clandestine est en hausse d’une année à l’autre. Selon les chiffres avancés par la LADDH, pas moins de 3.983 tentatives d’émigration clandestine ont été déjouées en 2018, contre 1.206 tentatives déjouées par les gardes-côtes en 2016. A ce propos, la LADDH affirme avoir recensé la mise en échec de tentatives d’émigration de 9.753 individus depuis début 2015 à la fin 2018, tandis que 3.000 personnes seraient mortes depuis 2009. Selon la Ligue, les candidats à l’émigration sont généralement des jeunes qui fuient le chômage et la dégradation de leur niveau de vie.

Pour ce qui est des ressortissants algériens qui ont pu rejoindre l’Europe, mais qui sont détenus dans de centres de détention, la LADDH a, en l’absence de statistiques officielles, avancé des chiffres «partielles». La Ligue a ainsi tenté de cerner le chiffre des ressortissants algériens détenus à l’étranger en se basant sur les informations partielles collectées auprès des familles des concernés ou à partir des rapports d’ONG. «Des informations qui restent sûrement incomplètes», reconnaissent les rédacteurs du communiqué. La Ligue avance le nombre de 12.700 personnes détenues au cours des dix premiers mois de l’année en cours contre 14.000 pendant l’année précédente qui sont détenues dans des centres de rétention en Europe.