Scandale SNC-Lavalin Un ancien PDG de Sonelgaz visé par une enquête en Suisse sur le blanchiment d’argent

Scandale SNC-Lavalin Un ancien PDG de Sonelgaz visé par une enquête en Suisse sur le blanchiment d’argent

Ali Idir, TSA, 28 juillet 2013

La police fédérale suisse enquête sur des soupçons de blanchiment d’argent concernant l’ancien PDG de Sonelgaz, Abdelkrim Benghanem, et trois autres personnes, rapporte ce dimanche 28 juillet le quotidien El Khabar.

 

Le 12 juillet dernier, la police fédérale suisse a adressé une « nouvelle demande » de renseignement à la Cellule de recherche et de traitement financier (CRTF) algérienne faisant état de « trois transferts de fonds effectués en 2004, 2005 et 2006 sur le compte de Benghanem », PDG de Sonelgaz entre 1995 et 2004.

Dans cette correspondance publiée par El Khabar, la police suisse a demandé à la CRTF des informations sur ces transferts, s’ils ont un lien avec l’enquête en Algérie sur les contrats attribués par le groupe Sonelgaz au groupe canadien SNC-Lavalin. L’ancien PDG Abdelkrim Benghanem, l’actuel patron du groupe public Nouredine Bouterfa et d’autres cadres de Sonelgaz ont été placés sous contrôle judiciaire, dans le cadre de l’enquête sur les contrats attribués par Sonelgaz à SNC-Lavalin pour la construction de centrales électriques, selon la presse.

La police suisse a demandé également à la CRTF si Benghanem faisait l’objet de poursuites judiciaires dans le cadre de cette enquête. Elle a également demandé la nature des accusations portées par la justice algérienne à l’encontre des quatre personnes soupçonnées de blanchiment d’argent en Suisse.

La police fédérale suisse voulait savoir aussi si la CRTF connaissait les quatre personnes objet de son enquête et si elle avait déjà reçu des informations sur ces soupçons de transferts illicites d’argent, selon le quotidien arabophone. La police suisse voulait connaître aussi si ces quatre personnes avaient des antécédents judiciaires, selon El Khabar.

Dans une lettre datée du 15 juillet et publiée par El Khabar, le président de la CRTF répond à la police fédérale suisse : « me référant à votre correspondance […] relative à la demande de renseignements […], j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que les recherches effectuées dans la base de données de la CRTF se sont avérées infructueuses. Ces personnes n’ont pas fait de déclarations à mes services ».

Le quotidien arabophone affirme que cet organisme dépendant du ministère des Finances « devait informer le juge en charge de l’affaire Sonelgaz afin d’éviter le lancement d’une commission rogatoire, mais il ne l’a pas fait ! ».

El Khabar affirme aussi que la CRTF a « trompé » la partie suisse concernant Abdelkrim Benghanem, sous contrôle judiciaire depuis le 23 mai dernier.

Le quotidien arabophone affirme que le président de la CRTF est considéré comme « très proche » de Said Bouteflika, frère du président de la République. Il a ajouté, citant le quotidien Algérie News, que lors de l’enterrement du général Sanhadji au cimentière Sidi M’hamed à Alger, le PDG de Sonelgaz Nouredine Bouterfa était parmi les personnes qui avaient longuement échangé avec Said Bouteflika, sans donner plus de détails.