Éducation: Nouvelles menaces de grève

Salima Akkouche, Le Soir d’Algérie, 19 décembre 2018
 
Le collectif des syndicats autonomes du secteur de l’éducation s’est réuni hier à Alger. Verdict : les syndicats ont décidé de tenir leurs conseils nationaux respectifs pendant les vacances scolaires. Ils se réuniront une deuxième fois le 7 janvier prochain pour décider d’une action de protestation avant le 18 janvier.

Salima Akkouche – Alger (Le Soir) – Le torchon brûle de nouveau entre le ministère de l’Education nationale et les syndicats autonomes qui risquent de perturber le deuxième trimestre de l’année scolaire. Le Satef, le Snapest, le Cnapeste, l’Unpef, le Cela et le SNTE qui ont annoncé, il y a près d’une semaine, leur retrait de la charte d’éthique et de déontologie, se sont réunis hier pour décider d’une action «face au silence du ministère de l’Education nationale». Ainsi, ils ont annoncé que la prochaine action de protestation commune sera organisée avant le 18 janvier prochain.

La date exacte sera fixée le 7 janvier prochain, à la rentrée des vacances scolaires, a déclaré Boualem Amourra, président du Satef. «En attendant la tenue des conseils nationaux des différents syndicats pendant ces vacances scolaires d’hiver, nous tiendrons la prochaine réunion le 7 janvier 2019 pour décider d’une action commune de protestation avant le 18 janvier», a-t-il indiqué.

Les syndicats autonomes reviennent à la protestation après près d’une année d’accalmie. Leur dernière action remonte à février dernier.

La ministre de l’Education nationale a réussi à lancer plusieurs chantiers de réformes durant cette période d’entente. D’ailleurs, selon elle, les mouvements de grève ont empêché le lancement des réformes dans le secteur. C’est pourquoi elle a tenu à la signature de la charte d’éthique pour mettre fin aux mouvements de protestation et instaurer une stabilité dans le secteur pour pouvoir se consacrer aux projets de réformes. Le Collectif autonome des syndicats dénonce son exclusion de ces réformes justement.
Les six syndicats reprochent à la ministre de l’Education nationale de prendre des décisions unilatérales en décidant seule des changements et des réformes du système éducatif sans associer le partenaire social. Ils appellent «à un dialogue sérieux pour régler les problèmes posés et assurer la stabilité du secteur».
S. A.