Marché portant réalisation de centrales photovoltaïques

L’ouverture des plis prévue pour février 2019

Liberté, 9 décembre 2018

La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg) a enfin lancé l’appel d’offres portant sur la réalisation de 150 mégawatts de puissance photovoltaïque. La cérémonie d’ouverture publique des plis des offres techniques est fixée au 19 février 2019. Dans cet appel d’offres, la Creg a placé la barre très haut, concernant les garanties bancaires.
Ainsi, le montant de la garantie de soumission s’élève à 18 millions de dinars. Cette garantie remise par le soumissionnaire dans son offre est libérable contre remise par le soumissionnaire retenu de la garantie d’investissement ou garantie de bonne fin. Les originaux des garanties bancaires de soumission doivent être insérés dans le dossier de soumission de l’appel d’offres. À cela s’ajoute une garantie d’investissement (ou garantie de bonne fin) dont le montant est lié au contrat de vente et d’achat d’électricité produite à partir des centrales en projet. Elle est  fixée à 10% du montant du total des dépenses d’investissement. Cette garantie est remise par le soumissionnaire retenu pour chaque centrale à la clôture financière. Sa libération est liée, en partie, à la mise en service de la centrale et en partie, à la date d’expiration du contrat de vente et d’achat d’électricité, ainsi que l’explique la Creg. Selon les termes de l’appel d’offres, la réalisation de ces centrales se fera sur la base du principe de Build Own Operat (BOO). Traduit au français, cela veut dire construire la centrale, la posséder et l’exploiter. Ainsi, est-il clairement précisé dans l’appel d’offres établi par la Creg que les investisseurs qui seront retenus dans le cadre de cet appel d’offres devront créer une société de projet qui aura pour missions de concevoir, financer, construire, posséder en toute propriété, d’exploiter et d’assurer la maintenance de la centrale, dont l’énergie électrique produite sera vendue en totalité et exclusivement à l’acheteur qui sera désigné par le ministre de l’Énergie, dans le cadre d’un contrat de cession (PPA) qui sera conclu entre l’investisseur et l’acheteur désigné. Du point de vue géographique, les centrales en projet seront circonscrites dans des régions du Sud. Ainsi, 50 mégawatts (MW) seront déployés à Guerara, dans la wilaya de Ghardaïa, 50 autres MW à Diffel, dans la wilaya de Biskra, trois centrales de 10 MW chacune dans les localités de Meggarine, Nezla et Belhirane, dans la wilaya d’Ouargla, et enfin deux centrales de 10 MW chacune à Tendala et à Nakhla, dans la région d’El-Oued. Comme on peut le constater, ce projet de 150 MW est constitué de plusieurs centrales solaires photovoltaïques de puissance unitaire de 10 MW avec des quantités d’énergie annuelles produites d’environ 20 GWh par centrale. Seules les entreprises nationales, publiques ou privées, basées en Algérie, peuvent postuler à cet appel d’offres.

Youcef Salami