Interdiction de manifestations dans les universités: Le Cnes dénonce une mesure «contraire à la loi»

Mohamed Kebci, Le Soir d’Algérie, 4 décembre 2018

La dernière mesure du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique portant interdiction de toute manifestation des enseignants et autres travailleurs du secteur à l’intérieur des universités en dehors du cadre réglementaire et sans autorisation préalable des recteurs suscite la désapprobation du Cnes.
Pour le Conseil national des enseignants du supérieur, cette mesure est contraire à la loi puisque la contestation et la protestation sont consacrées dans la Constitution et ne sont pas assujetties à une autorisation préalable de l’administration. Et d’inviter la tutelle à intervenir en urgence pour mettre un terme aux dépassements des recteurs et de venir à bout de probables manifestations au sein des enceintes universitaires. Il faut rappeler que nombre de recteurs d’universités ont récemment, dans le souci de préserver l’ordre public, via des directives, interdit catégoriquement aux fonctionnaires, qu’ils soient administratifs ou enseignants, de se rassembler dans les enceintes universitaires en dehors du cadre réglementaire, autrement, sans l’autorisation préalable des administrations des universités.
Il faut relever que nombre d’universités du pays enregistrent, depuis quelque temps et quasi-quotidiennement, des mouvements de protestation des travailleurs du secteur, qu’ils soient fonctionnaires ou enseignants, pour des problèmes souvent «futiles» qui ne nécessitent pas une contestation, n’était la sourde oreille des responsables qui se comportent en dictateurs, selon le Cnes.
K. M.