Printemps anti-éradicateurs

Printemps anti-éradicateurs

Fawzi Hakiki, avril 2001

Faquins galantins, loin du carnage et du naufrage
Doux snobisme, noir sur blanc, de page en page
La rage des faux-culs, sans foi ni loi ni bagage
Faucons patriotes et miliciens à la botte des nécrophages
Pleureuses et ruffians volucelles, quel tapage!
Fantassins tortueux, les ossements sont la preuve de vos gains et vos gages
Voltairiens de bas étage, votre kaballe tue et met en cage
Moderniste et architecte jobard, as-tu vu ton bel ouvrage?
Ta haine tapageuse, cette sale guerre sans images
Vos hommages m’affligent et vos vertus sont au bord du marécage
Soyez sages, l’uniforme veille sur vous et nous dévisage
Vos lois du juste et de l’injuste sont pour nous un vrai mirage
Connais-tu les angoisses et la douleur de ceux que tu nommes les sauvages?
Pauvre de toi, le chant des casernes est pour nous un vrai outrage
Votre débauche est ostantatoire, le choix du képi, est-ce cela le courage?
Vos louanges autorisées sont peu audacieuses et nous privent d’autres rivages
L’inexperimenté? le risque? et la mer que tu chéris c’est cela le voyage
Viens fleurir le désert, égayer les ténebres, l’espoir n’est pas un paysage.

 

 

algeria-watch en francais