La cabale DRS de Barcelone, contre Mohamed-Omar DEHBI

La cabale DRS de Barcelone, contre Mohamed-Omar DEHBI

Prise à témoin de l’opinion publique

Abdelkader DEHBI, 30 Septembre 2010 –

Mon fils Mohamed-Omar DEHBI, 43 ans, marié et père de 5 enfants, est établi depuis 2004 à Barcelone où il exerce régulièrement la profession d’ingénieur, revendeur d’engins de travaux publics à l’exportation depuis l’Espagne.
Le mardi 28 Septembre 2010 vers midi, au moment où il quittait le domicile familial en compagnie de son épouse, leur voiture a été cernée par 4 policiers en civil armés – 2 de chaque coté – qui pointèrent leurs armes sur eux en leur ordonnant de descendre du véhicule. Ils sont reconduits à leur domicile où près d’une vingtaine d’autres policiers armés et en civil – oui je dis bien 20 ! – firent tous irruption dans la maison en fouillant dans le moindre des recoins, pendant que mon fils et son épouse étaient sommés de ne pas bouger. Au bout d’environ une heure, après avoir saisi des documents professionnels de mon fils – factures, avis bancaires, etc.. – ainsi que 3 ordinateurs, l’équipe des policiers se retira en emmenant mon fils chez le Juge, ainsi qu’ils l’ont précisé à ma belle-fille.
Dès que j’ai pris connaissance des faits, j’ai immédiatement alerté notre Consulat en charge de Barcelone, ainsi qu’à toutes fins utiles, M. Boualem Bessaïeh, président du Conseil Constitutionnel, qui est un ami de longue date de notre famille.
Le mercredi 29 Septembre vers 14 heures, l’avocat de mon fils Me Xavier VIADA m’informe que celui-ci va être transféré dans la soirée à Madrid, devant un Juge anti-terroriste, en raison de l’accusation de « blanchiment d’argent » dont il est l’objet ; accusation qui repose sur le fait qu’il a échangé, sur le marché informel de devises dont tout le monde connait l’existence à Alger, l’équivalent de 60.000 Euros en Dinars pour les transférer sur Barcelone, somme en réalité destinée à compléter l’achat d’un engin des TP acquis en Europe. Opération de change effectuée par l’intermédiaire du nommé Tewfik MAZZI, connu sur la place d’Alger et qui a eu récemment des démêlés avec la Justice Espagnole.
En tant que père de Mohamed-Omar DEHBI, j’accuse formellement devant Dieu et devant les Hommes, les Services de Sécurité de mon pays, d’avoir monté une cabale contre mon fils et qui me vise personnellement, du fait de ma qualité de citoyen-opposant, qui dénonce régulièrement et depuis des années, le caractère illégitime et mafieux du régime en place à Alger En particulier en publiant dans mes blogs ou dans d’autres sites, des articles ou des commentaires accusateurs en ligne, dénonçant ce régime. Qu’il s’agisse de l’impunité scandaleuse de certains crimes imprescriptibles – comme entre autres, les massacres non élucidés de Bentalha, de Raïs, de Relizane ou de Béni-Messous – perpétrés durant la décennie noire (1990 – 1999). Ou qu’il s’agisse des scandales financiers à répétition où l’on assiste à un pillage organisé, en termes de milliards de dollars, du patrimoine national.
Je demande solennellement aux Autorités Judiciaires d’Espagne, d’examiner sereinement et scrupuleusement les accusations portées contre mon fils Mohamed-Omar et de ne pas se laisser manipuler par un régime politique lui-même moralement discrédité de toutes parts et qui n’en est pas à sa première manipulation. Ni certainement à sa dernière,…toujours au nom de la lutte contre ce qu’on appelle le « terrorisme international » un prétexte qui est devenu pour certains Etats – y compris dans l’Europe censément démocratique – une mine inépuisable d’alibis, justifiant souvent, les pires atteintes aux Droits de l’Homme et aux Libertés publiques.
J’ai dénoncé hier mercredi 29 Septembre à 23h –UTC- cette manipulation indigne sur la Chaîne AL-JAZEERA.
J’en appelle aujourd’hui à la conscience et à la réaction solidaire de l’ensemble des citoyens ordinaires et des Organisations humanitaires à travers le monde, quelles qu’en soient, la nationalité, l’idéologie ou la religion, pour dénoncer ces lâches procédés frappant une famille entière et exiger la Justice pour mon fils. Uniquement la Justice.
A commencer par donner la plus la plus large diffusion à cette prise à témoin.

Fait à Alger, le 30 Septembre 2010 – Abdelkader DEHBI.