11 janvier : vingt ans après

11 janvier : vingt ans après

Salima Ghezali, La Nation, 10 Janvier 2012

Vingt ans après l’arrêt du processus électoral le 11 janvier 1992 où en est l’Algérie ? Vit-on mieux au pays du million et demi de martyrs ? La République a-t-elle été sauvée au prix de 200 000 morts et des milliers de disparus ? Et quelle place la république tient-elle aujourd’hui dans le fonctionnement du pouvoir ? Dans l’élaboration des politiques de l’Etat ? Quelle importance dans la vie des citoyens ?

L’islamisme, de son côté, a-t-il apporté la preuve de sa capacité à transcender les limites de l’exercice politique ordinaire ? L’alibi religieux a-t-il mieux inspiré (en politique, en économie ou dans l’art de la guerre) ceux qui y ont eu recours ? Les a-t-il rendu plus lucides, plus soucieux de préserver le lien et le bien commun ? Leur a–t-il permit de se révéler plus soucieux de l’importance de la vie humaine, plus imaginatifs dans leurs méthodes de lutte, moins faciles à manipuler ?

Le pays lui même est-il, vingt ans plus tard, économiquement plus fort, mieux organisé, plus compétitif ? Est-il, ce pays, aujourd’hui politiquement plus sain, socialement plus apaisé, plus engagé dans l’action citoyenne, culturellement mieux outillé ? La pensée y a-t-elle fait des progrès dans le sens de la compréhension, de l’explication, de la formulation et du dépassement de la crise et du sous-développement ? Le débat y a-t-il gagné en hauteur, en qualité, en éthique? L’élite du pays, tous secteurs confondus, dispose-t-elle d’une meilleure formation, d’une information de qualité supérieure et des capacités de projection nécessaires à la formulation de projets conséquents et surtout à la prise de décision stratégique? Le niveau scolaire s’est-il amélioré ? L’université est-elle plus performante ? Plus en adéquation avec les besoins de la société dans ses volets scientifiques, économiques et culturels ? L’état de la santé est-il plus satisfaisant ? L’argent du pays est-il mieux géré ? Les ressources sont-elles plus diversifiées ? La qualité de la vie est-elle en amélioration ? L’Etat est-il plus fort ? Les institutions plus crédibles et plus respectées ? Le droit est-il davantage sollicité et remplit-il mieux sa fonction d’arbitre ?

Et s’il n’ya pas de réponse positive à chacune de ces questions, à combien d’entre-elles pouvons-nous répondre par l’affirmative ? A aucune ?

A quoi alors ont servi les vingt dernières années ? Qu’on ne nous dise pas que tout ceci n’a pas été possible par ce que le pays était en guerre !

Et surtout pas ceux qui ont fait le choix de la guerre. Et qui persistent à imposer leur vision à ce pays éreinté. Annulant de ce fait toutes les autres possibilités dans une équation absurde qui voudrait que précisément par ce que l’Algérie est plurielle elle n’a plus le choix.

Vingt ans ! C’est énorme dans la vie d’une nation démographiquement jeune, riche en ressources et pourvue d‘un solide référent culturel (arabité, berbérité, islam, ouverture sur l’occident) appuyée sur une puissante mythologie de la résistance qui va au moins de Massinissa fils de Gaïa à Larbi ben M’hidi en passant par les donatistes, La Kahéna des Aurès, les kutamas, les sanhadjas et toutes les tribus qui d’est en ouest ont porté autant d’étendards que leur époque en fournissait jusqu’à Lala Fadhma N’ssoumer du Djurdjura, l’émir Abdel Kader de Mascara… Et de tous temps les targuis du désert, les guerriers du M’zab aussi bien que les corsaires des abords de la méditerranée, tous ceux qui de près ou de loin, par les armes ou par la plume, par leur génie politique ou leur courage intellectuel et physique ont porté bien au-delà de leurs douars respectifs l’ambition, la vision, la résistance à l’inertie autant qu’à l’oppression.

Un pays si riche n’avait besoin que(!) d’une vision politique à même d’agréger ses différences autour d’un projet émancipateur pour se propulser au sein des Etats modernes. Et gagner sa place dans le concert des nations en misant sur le dynamisme de sa jeunesse, mettant sa diversité humaine au service d’une économie, d’une culture et d’une diplomatie actives capables de parler au monde, dans ses multiples déclinaisons, le langage qu’il comprend le mieux…

Au lieu de cela nous avons les bégaiements de Medelci, les statistiques de Belkhadem, la rhétorique d’ Ouyahia et les revirements de Soltani ! Plus les 50 partis que le ministre de l’intérieur est prêt à agréer pour rameuter un maximum de clientèles aux prochaines élections. Et rien que pour cela nous avons fait des réformes ! C’était vraiment pas la peine de se fatiguer pour ça.

Pétrole mis à part, tout ce que font Medelci, Belkhadem, Ouyahia et Soltani ainsi que tous leurs clones sur la liste d’attente des promotions clientélistes nous savions parfaitement le faire de douar à douar pendant des millénaires. C’est ce qui a permis (entre autres) aux romains, aux vandales, aux arabes, aux turcs et, last but not least, aux français de venir nous asservir.

La nouveauté introduite par le mouvement national dans nos pérégrinations hallucinées… C’est la politique. Une politique nationale transcendant les clans, les sectes, les tribus et les enfermements idéologiques. Vingt ans de « guerre au terrorisme » mélangés à des épisodes de réconciliation avec les registres de commerce nous ont amenés à l’endroit même d’où nul colonisateur n’avait envie de nous voir sortir. Aujourd’hui nous sommes seulement libres d’aller chercher un maitre sur la carte de géographie. Bravo.