Journée mondiale de la liberté de la presse: Survivre malgré les pressions

Journée mondiale de la liberté de la presse: Survivre malgré les pressions

El Watan, 3 mai 2018

Si la presse papier venait à mourir, ce n’est certainement pas le numérique qui l’aura tuée, mais les tenants du pouvoir qui, pendant longtemps, se sont servis de la liberté de la presse pour garnir la devanture d’une gouvernance laide et autoritaire.

On célèbre, aujourd’hui, la Journée mondiale de la liberté de la presse. Plus que dans d’autres pays, cette dernière est mise à mal. Sa célébration intervient dans un contexte de crise, 28 ans après l’ouverture médiatique décidée en avril 1990.

Si la presse libre a connu ses moments de gloire, de liberté que les femmes et les hommes de la profession ont défendue au prix de leur vie, 100 d’entre eux ont été assassinés par le terrorisme, et des moments de répression féroce, emprisonnement de journalistes, suspension et fermeture de certains titres de la presse, jamais elle n’a connu d’aussi grandes difficultés que celles qu’elle traverse aujourd’hui.

Elle est plus menacée qu’elle ne l’a jamais été. Les marges de liberté se rétrécissent de plus en plus, et les poches de résistance qui demeurent encore doivent puiser dans leurs dernières ressources pour pouvoir échapper à une extinction certaine.

Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, ne cesse de le répéter depuis sa nomination, la presse papier n’a plus d’avenir. Ses sorties médiatiques sonnent comme un mode d’emploi, un programme qui cible les journaux qui dérangent. Ainsi, décrète-t-il, son devenir est le numérique et devrait de ce fait repenser son modèle économique.

Il est vrai que la presse électronique s’est imposée dans le paysage médiatique, et s’imposera inéluctablement encore plus mais pas au point quand même de tuer d’une mort subite le print. De récentes expériences dans le monde ont démontré bien le contraire, grâce à une intelligente synergie entre le papier et le web. Seulement en Algérie, la problématique est d’emblée faussée, pour plusieurs raisons.

Si la presse papier venait à mourir, ce n’est certainement pas le numérique qui l’aura tuée, mais les tenants du pouvoir qui, pendant longtemps, se sont servis de la liberté de la presse pour garnir la devanture d’une gouvernance laide et autoritaire. Depuis quelques années, les moyens d’étouffement de la presse libre ont évolué, voire totalement changé. La mise à mort par l’arme économique. Ce sont les ressources financières de certains journaux qui sont prises pour cibles.

Et l’on ne s’en cache même plus. C’est l’ancien ministre de la Communication, Hamid Grine, qui avait lancé les hostilités en menant en son temps une dangereuse campagne contre les journaux El Khabar et El Watan à travers des pressions sur un groupe de grands annonceurs privés en Algérie, entre autres l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy, où Hamid Grine était en charge de la communication avant de devenir ministre. La menace par redressement fiscale n’avait pas manqué de produire l’effet immédiat en plongeant les rédactions dans une interminable crise. Nul besoin d’un rappel, les annonceurs continuent à éviter de placer leur publicité dans les journaux montrés du doigt.

Comme quoi il n’y a pas que les effets de la crise économique, qui secoue le pays depuis la chute en 2014 des prix du pétrole, qui sont responsables des problèmes que vit la presse. La crise s’avère être le prétexte qui cache mal la volonté d’étouffer financièrement certains journaux. Mieux, le pouvoir a plusieurs fers au feu.

En plus des pressions exercées sur les annonceurs, la machine fiscale et parafiscale se déroule elle comme un rouleau compresseur sur les entreprises de presse jusqu’à l’asphyxie. La publicité provenant de sociétés étrangères établies en Algérie est soumise à une TVA de 29%. 10% de plus que la norme nationale, qui est de 19% depuis janvier 2017. Les journaux payent aussi 2% de leur chiffre d’affaires en guise de taxe sur l’activité professionnelle (TAP). Une autre taxe de 2% est destinée à la formation professionnelle. 2% sur la formation, 1% versé au Trésor pour financer l’art et le cinéma.

Sans oublier bien sûr les 26% d’impôt sur le bénéfice de la société et 10% sur les bénéfices distribués. La parafiscalité vient alourdir le fardeau. 35% de la masse salariale brute va à la Caisse nationale d’assurances sociales (CNAS) ; 9% sont à la charge de l’employé et 26% à la charge de l’employeur. Rares sont les entreprises qui peuvent survivre dans pareil étouffoir, encore moins une entreprise de presse.

Comment le pouvoir amplifie les effets de la crise et entretient ses soutiens

La pression sur les annonceurs et la pression fiscale sont deux leviers importants actionnés pour mettre à genoux les journaux qui refusent de rentrer dans le rang. Mais pas seulement, tout un plan a été mis en place pour le parasitage du champ médiatique par la création de plus de 160 titres, majoritairement des quotidiens sans ligne éditoriale.

Favorisé par l’ancien officier du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le colonel Fawzi, la création de ces dizaines de titres avait un rôle et des objectifs : noyer le champ médiatique dans une médiocrité indescriptible, siphonner la manne publicitaire provenant de l’ANEP et bien évidemment entretenir une clientèle, au détriment des journaux bien en place avec un projet éditorial clair. Une situation qui a permis à des journaux à tirage squelettique d’engranger à leurs propriétaires des sommes vertigineuses.

Si La tribune des lecteurs déclarait en moyenne un chiffre d’affaires de 7 milliards de centimes (sources e-bourse), «El Adjoua a amassé en deux ans, entre janvier 2011 et septembre 2012, plus de 113 milliards de centimes (l’équivalent de 5 milliards par mois) en guise de publicité», (source : Algérie Patriotique).

Le site Dzair Presse a, par ailleurs, révélé dernièrement, sans que l’information ne soit démentie, que deux journaux régionaux, en l’occurrence El Balagh et El Balagh Erriadi, édités à Oran, appartenant au fils de Rabah Madjer, «ont bénéficié d’une somme de 600 milliards de centimes en quatre ans», représentant les encarts publicitaires distribués par l’ANEP.

La manne contrôlée par l’ANEP est énorme, mais il est impossible de connaître son volume. Lorsque nous avons tenté d’en savoir un peu plus sur la question pour rendre compte de la situation de la presse aujourd’hui, nous avons buté sur un mur de silence. Son directeur par intérim a décliné gentiment notre sollicitation, le responsable de la régie presse a fait de même.

Pourquoi des statistiques sur la distribution de la manne publicitaire relèveraient-elles du secret d’Etat ? Une gestion transparente mettra assurément à nu les pratiques du pouvoir, ses visées envers la presse indépendante. Ce qui explique l’écran de fumée qui règne sur le secteur des médias. Au summum de la crise économique qu’a eu à traverser le pays durant les années 1990, la presse n’a jamais connu pareille crise.

Si 62 titres ont mis la clé sous le paillasson depuis 2014, plus de 140 continuent à vivre de la rente publicitaire étatique, une sorte de prime à l’allégeance, à l’opportunisme et à l’avidité du gain facile. Combien coûte cette presse parasitaire à l’Etat ? Aucun bilan n’est fait pour éclairer notre lanterne.

Faut-il contourner l’omerta officielle pour lire les dessous de la carte médiatique nationale ? Comme chercher l’information dans les bilans des entreprises qui constituent le circuit de la production de la presse : les bilans de certains journaux, ceux des imprimeries de l’Etat et enfin ceux du fournisseur officiel du papier journal, Alpap en l’occurrence.

Les dettes de plusieurs titres auprès des imprimeries sont importantes, avait avoué sur les ondes de la Radio nationale le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, sans aller dans le détail. Le journal Echorouk devrait à lui seul aux imprimeries de l’Etat plusieurs milliards de centimes, sans compter sa dette fiscale qui s’élève à plus de 110 milliards de centimes.

C’est peut-être de lui que le ministre parlait, lorsqu’il a dit : «Il a aussi un autre titre de noblesse, c’est d’avoir les créances les plus élevées dans la presse.» Sans compter les dettes d’autres journaux ayant déposé le bilan et qui ont laissé une ardoise très salée. Selon des statistiques publiées en 2009, et qui n’ont pas tellement évolué, les créances des imprimeries publiques s’élevaient à plus de 329 milliards de centimes.

La Simpral vient en première position avec des créances cumulées de 866 266 585,76 DA, suivie par la Société d’impression d’Oran avec 855 246 299,32 DA, la SIA avec 768 539 820,56 DA, la SIE avec 662 498 972,91 DA et enfin l’Enap avec 142 597 437,75 DA. Une situation qui a conduit à l’impasse au niveau du fournisseur du papier journal, qui n’arrive pas à recouvrer ses créances auprès des imprimeries publiques pénalisées par les dettes des journaux.

Selon des sources provenant du Registre national du commerce, les créances d’Alpap s’élèveraient à plus de 300 milliards de centimes, dont 95 milliards sont considérés comme étant irrécouvrables. Ainsi est la spirale de crise alimentée par une gestion qui n’obéit à aucune norme du secteur des médias. L’Etat paie en effet à prix fort ses soutiens médiatiques pour polluer la presse libre, la noyer, l’étouffer financièrement et la discréditer.

Said Rabia


Journée mondiale de la liberté de la presse

Bouteflika reconnaît le rôle positif de la critique journalistique

Le président Bouteflika a adressé, hier, un message aux professionnels des médias en Algérie à la veille de la Journée internationale de la liberté de la presse.

Le texte, diffusé par l’APS, comporte un nouveau discours sur la presse et sa perception par les tenants du pouvoir durant les quinze dernières années. En effet, après l’accentuation des politiques visant à asphyxier les médias et les journalistes «trop critiques», le chef de l’Etat les appelle à assumer leur «noble mission de vigile qui dénonce toutes les insuffisances qui portent atteinte aux affaires publiques et notre vie quotidienne».

Selon le texte, le président Bouteflika évoque même ce devoir des journalistes de «contrôle» et de «gardiens vigilants» des atteintes aux affaires publiques et privées. «Ce rôle encourage les réformes et contribue à apporter des correctifs et demander des comptes, au besoin.

Cette noble mission de la presse de critique de l’action publique, notamment si elle est exercée avec sincérité et honnêteté, constitue une part importante de la résolution des problèmes et l’amélioration de la situation», précise le chef de l’Etat. Abdelaziz Bouteflika reconnaît ainsi le rôle positif de la critique journalistique, qui a toujours été combattue par les différents responsables du pouvoir.

«Le poids et la multiplicité des tâches relevant des démembrements de l’Etat peuvent, en effet, conduire fatalement à quelques erreurs ou connaître des insuffisances». C’est pourquoi, ajoute-t-il, «l’Etat a veillé résolument à faire émerger un rôle central de la presse nationale dans toutes les réformes à mener» et face à «tous les défis auxquels l’Algérie fait face».

Dans ce sens, le président Bouteflika met en œuvre «ses réformes pour encourager la liberté de la presse et dépénaliser les délits de presse». Mais le rédacteur du message présidentiel fait mine d’ignorer que la critique évoquée dans le texte est complètement interdite dans les médias publics, prohibée dans la presse parapublique et réprimée lorsqu’elle émane de journaux tentant de sauvegarder son autonomie.

Madjid Makedhi


Journée mondiale de la liberté de la presse

Les raisons d’espérer

Soumise à rude épreuve et son monopole sérieusement disputé, la presse écrite résiste. Tient la barricade de l’information. Mais est-ce une raison pour ne pas se soucier de son devenir ?

On n’en finit pas de prononcer son oraison funèbre. La mort de la presse écrite. Le boom numérique avec son flux ininterrompu d’informations submergeant – la crise économique «aidant» – était annoncé comme un nouveau modèle devant se construire sur les décombres d’un ancien. Comme au temps de l’apparition de la radio et la télé, on jure encore sur la disparition certaine de la presse papier.

Il n’en est rien. Certes, soumise à rude épreuve et son monopole sérieusement disputé, la presse écrite résiste. Tient la barricade de l’information. Mais est-ce une raison pour ne pas se soucier de son devenir ? Sa pérennité n’est pas définitivement acquise, d’autant qu’elle évolue dans un environnement politique et économique aussi hostile qu’instable. Il pèse sur elle des menaces permanentes.

D’abord les restrictions d’ordre politique qui rendent difficile l’exercice du journalisme indépendant. Elles se déclinent sous diverses formes. Pressions judiciaires et chantages économiques. Faut-il rappeler ici les conditions tragiques qui ont présidé à la naissance de la presse indépendante en Algérie.

Les médias qui refusent de céder sur l’un de leurs principes fondateurs – l’indépendance éditoriale – sont la cible d’attaques orchestrées et souvent pernicieuses. En faisant la guerre à la presse indépendante, le pouvoir politique non seulement se trompe de bataille, mais il piétine un droit fondamental du citoyen : le droit à l’information.

La liberté de la presse n’est pas un privilège accordé aux journalistes, mais un droit à l’expression libre de toute la société dans ses divers courants d’opinion. Le pouvoir politique porte une grande responsabilité dans l’état désastreux de la presse. Cependant, cette situation ne doit pas dispenser les professionnels de la presse d’un examen critique. Un devoir d’inventaire est plus que nécessaire pour qu’ils puissent assumer leur part du combat pour la démocratie.

La première des urgences est de bâtir des entreprises de presse pérennes, solides et surtout adaptées à un monde économique en mouvement. L’aspect matériel de la fabrication du journal va de pair avec l’ambition éditoriale. Et c’est pour cela que la mère des batailles réside dans l’information crédible, de qualité et d’un contenu rigoureux. La crise économique est surmontable. Mais la plus redoutable des crises est celle de la confiance.

Une fois rompu, il est difficile de renouer avec ce lien de confiance qui lie la presse à ses lecteurs. Pour le garder, il faut sans cesse rester collé à leurs préoccupations et traduire au mieux leurs aspirations. Vivre au rythme des palpitations sociales et sociétales. Etre en phase avec les dynamiques en cours. La presse doit être l’espace où s’expriment librement les opinions, où s’exerce la liberté de penser.

Elle doit rester cette belle aventure intellectuelle qui agite avec audace les idées, interpelle les consciences et malmène tous les archaïsmes. Qui soulève les problématiques dérangeantes et qui interroge son temps. Le risque qui guette le journalisme, c’est sa banalisation. Sa fonctionnarisation. D’où la nécessité de repartir sans cesse et avec la même ardeur à la quête des bonnes et mauvaises nouvelles. Livrer des informations fiables et complètes, permettre le décryptage des faits.

La presse écrite survivra à toutes les épreuves, parce qu’elle est une vigie au service de la société. Elle est l’ADN de la démocratie à construire. Et par dessus tout, elle est une mission historique qu’il faudra assumer avec une passion chevillée à l’âme. Celle de prendre part à une construction permanente de l’histoire. Et c’est en ce sens que le journalisme est un combat.
Hacen Ouali


La LADDH dénonce la multiplication des restrictions et des atteintes

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) dénonce «des restrictions et des atteintes diverses» à la presse dans le pays. «En Algérie et en Afrique du Nord, la tendance est à la régression au regard du classement mondial.

Malgré sa consécration par la Constitution et le pacte international relatif aux droits civils et politiques, notamment dans son article 19 ratifié par notre pays, le cadre législatif et son exercice effectif sont en décalage avec les principes énoncés», explique l’organisation dans un communiqué rendu public.

Dans ce sens, la LADDH appelle à la mise en place de l’Autorité de régulation de la presse qui tarde à voir le jour et de l’instance des journalistes relative à l’éthique et la déontologie. L’organisation que préside Noureddine Benissad condamne aussi l’utilisation de la publicité comme arme contre les journaux qu’il considère comme inacceptable.

«La publicité institutionnelle étant la principale source de revenus des journaux, en priver certains est une condamnation à mort, ce qui est inacceptable et constitue une atteinte à une presse libre, indépendante et plurielle», déplore la LADDH, en appelant à l’élaboration d’une loi sur la publicité institutionnelle assortie de critères transparents.

Par ailleurs, la LADDH appelle les autorités à mettre de l’ordre dans les médias lourds, à veiller à leur ouverture au pluralisme et empêcher la diffusion des contenus qui ne servent pas les valeurs de liberté, de tolérance et de démocratie.
R. P.