Des rédactions aux ordres

Des rédactions aux ordres

El Watan, 7 septembre 2009

Beaucoup d’intervenants, dans le débat d’avant-hier sur l’état et l’avenir de la presse algérienne, ont dénoncé l’ingérence directe du pouvoir dans les choix éditoriaux de beaucoup de journaux.

Abdeali Rezagui, enseignant en journalisme à l’université d’Alger, est allé jusqu’à dire : « Il y a un seul rédacteur en chef, il se trouve à Ben Aknoun » en faisant allusion au Département du renseignement et de la sécurité (DRS) sans le nommer. C’est cette immixtion qui explique en grande partie la faiblesse de la profession, soutient-il. M. Bouakba soutient M. Rezagui et parle d’une certaine presse aux ordres, qui fonctionne avec le fameux Bulletin de renseignement quotidien (BRQ). De son côté, Abrous Outoudert s’est interrogé sur le fait qu’à un moment donné de la vie politique nationale, « on a facilité la création de beaucoup de journaux totalement acquis avec un financement sous la table », évoquant des quotidiens qui sont nés avec l’arrivée de Bouteflika au pouvoir.

Par Hacen Ouali