L’Arav compte enfin réagir

Campagne de lynchage de chaînes TV contre nouria Benghabrit

L’Arav compte enfin réagir

Liberté, 20 septembre 2016

Le président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), Zouaoui Benhamadi, estime que certains médias “mériteraient d’être rappelés à l’ordre”.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel compte enfin réagir face à la campagne de lynchage menée par certaines chaînes TV contre la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit. Lors de son passage, hier, à l’émission “L’Invité de la rédaction” de la radio chaîne III, le président de l’Arav, Zouaoui Benhamadi, a commencé par évoquer un “déchaînement moralement inacceptable” contre la ministre, faisant allusion aux différents plateaux et émissions TV consacrés depuis quelques jours à médire et porter atteinte à la personne de Mme Nouria Benghabrit.
Un état de fait que Zouaoui Benhamadi a lui-même qualifié de “quasi-lynchage”. Si c’est le cas, pourquoi donc l’Arav tarde-t-elle à réagir, sinon carrément à sévir ? Le président de cette Autorité a expliqué sur les ondes de la radio nationale que “l’Arav est en train de travailler pour collecter tout ce qui est condamnable” dans cette campagne dirigée contre la ministre de l’Éducation. Il a ainsi relevé que “certains médias ont pris des habitudes qu’il faut corriger”, et qu’ils “mériteraient”, par conséquent, “d’être rappelés à l’ordre”.
En effet, les plateaux de certaines chaînes TV offshore autorisées en Algérie, déjà connues pour ne pas être regardantes sur les principes de l’éthique, se sont transformées depuis la rentrée scolaire, en un théâtre ouvert à des charlatans de tous bords, exploitant le moindre prétexte pour faire leur propagande contre les réformes scolaires de Mme Nouria Benghabrit. Ainsi, d’illustres inconnus, mais aussi des personnages peu crédibles, sinon sans compétences avérées, sont invités tour à tour à donner leur avis sur une question hautement sensible et importante qu’est la réforme scolaire. Comme s’il ne s’agissait pas de l’avenir des générations futures de l’Algérie ! Et encore, les illustres invités discutent rarement, sinon jamais du contenu des réformes de la ministre de l’Éducation. Leurs interventions sont quasiment centrées sur la personne de Mme Nouria Benghabrit qu’ils accusent de tous les maux, allant parfois jusqu’à la toucher dans son “algerianité”. Il faut dire que ce n’est pas la première fois qu’un tel comportement est observé chez “certaines chaînes TV” qu’on tarde d’ailleurs à rappeler à l’ordre, puisque, au point où sont les choses, il y a lieu de sévir fermement.
Car, cette fois-ci, ces chaînes TV en question se sont carrément transformées en relais d’idéologies étrangères à la culture et aux traditions de l’Algérie. Des propagandes aussi dangereuses que meurtrières et dont le pays a beaucoup souffert pour avoir payé un lourd tribut pendant la décennie noire. La seule différence est qu’à cette époque, la même propagande se faisait en cachette. Aujourd’hui, le même lavage de cerveau qui a conduit les enfants d’une même nation à prendre le maquis et à faire souffrir leurs concitoyens, se fait ouvertement sur les plateaux de chaînes TV offshore… autorisées.

Mehdi Mehenni