Intempéries exceptionnelles

Décès, villes isolées, routes coupées

Intempéries exceptionnelles

par A. Boudrouma, A. C., Naitali H., Farid Haddouche, M. M. Et Aps, Le Quotidien d’Oran, 5 février 2012

Un bilan de la Protection civile, arrêté au 4 février 2012 à 9h, fait état de 2.205 interventions durant 48 heures à travers 12 wilayas touchées par les intempéries. Selon le bilan avancé, 7 personnes sont décédées (pour différentes raisons) et 14 blessés enregistrés dans 7 wilayas (Alger, Sidi Bel-Abbès, Oran, Sétif, Béchar, Annaba et Guelma). Parmi les personnes décédées, deux ont trouvé la mort dans deux accidents de la route à Béchar et Sidi Bel-Abbès, en plus des 14 blessés dans une collision d’un bus de voyageurs et d’un véhicule léger à Béchar.

Dans la wilaya de Skikda où d’importantes chutes de pluie ont été enregistrées, un jeune de 20 ans a été emporté par les flots d’une chaaba qu’il a tenté de traverser, vendredi aux environs de 16h. La victime se rendait à son travail au niveau d’une étable dans la commune de Hamadi Krouma, voisine du chef-lieu de wilaya, lorsqu’il a été emporté par les eaux en furie. Aussitôt avisés, les services de la Protection civile ont mobilisé leurs moyens pour tenter de retrouver le disparu.

A Constantine, les services de la Protection civile et de la Gendarmerie nationale ont dû déployer d’importants moyens logistiques et humains pour dégager la montée du col d’El-Kantour, situé près de la ville de Zighoud Youcef, à la limite de la wilaya de Skikda. Selon les services de la Protection civile, c’est à la suite du dérapage de deux semi-remorques que la route nationale 03 a été bloquée en ces lieux, immobilisant de nombreux véhicules. Des véhicules tout-terrain, un groupe électrogène pour éclairer l’endroit et des dizaines de sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour porter secours aux occupants des véhicules bloqués sous la neige, dans un froid glacial. La première opération de secours a d’abord permis l’évacuation vers Zighoud Youcef d’une quarantaine de familles. Ensuite et dans l’attente des opérations délicates du dégagement des deux semi-remorques qui se faisait à l’aide d’une grue arrivée sur place, pas moins de 350 personnes, entre hommes femmes et enfants, ont tous été acheminés vers cette ville. Tout le monde a été hébergé dans les locaux du technicum de la ville, où de la nourriture et des boissons chaudes étaient distribuées. Toujours selon les précisions de la Protection civile, hier matin et jusqu’à onze heures, le dispositif de secours était toujours sur place.

LES SOLDATS DE L’ANP A LA RESCOUSSE

A Oum El-Bouaghi, les services de la Protection civile ont dû intervenir pour sauver six personnes à bord de trois véhicules légers coincés par la neige.

A Aïn Tolba, dans la wilaya de Khenchela, quatre personnes à bord de leur véhicule bloqué par la neige ont été transportées vers le centre sanitaire de la localité.

Dans la commune de Jijel, trois familles composées de dix personnes ont été recasées dans une école primaire, et 15 autres familles ont été hébergées chez leurs proches suite à des fissurations de murs d’une retenue collinaire, ajoute le bilan de la Protection civile.

Dans la wilaya de Annaba, les éléments de la Protection civile et ceux des Garde-côtes poursuivaient encore leurs efforts, samedi après-midi, pour secourir trois (3) pêcheurs à la ligne bloqués sur un rocher sur la côte de Chetaïbi (Annaba), a-t-on indiqué à la Protection civile.

Les pêcheurs, qui s’étaient rendus sur ce rocher, près de la plage de Sidi-Akacha, non loin de Chetaïbi, vendredi en début de soirée pour une partie de pêche au gros, ont été surpris par le mauvais temps et ne pouvaient retourner sur leurs pas en raison des intempéries. Ils ont utilisé un téléphone portable pour lancer un SOS.

Par ailleurs, les éléments de la Protection civile, aidés par des soldats de l’Armée nationale populaire, ont dû intervenir au moyen de chasse-neiges pour rouvrir la route montagneuse reliant Seraïdi à Bouzizi.

Dans les wilayas de Sétif, de Bordj Bou-Arréridj et de Béjaïa, l’autoroute est-ouest est impraticable entre El-Achir et Hammam El-Bibane.

80 FOYERS SANS ELECTRICITE

Dans la wilaya de Tizi Ouzou, au lever du jour, hier, pas moins de 80.000 foyers se sont retrouvés sans électricité alors que toutes les routes nationales et locales sont bloquées à divers endroits de la région, notamment en montagne. Ainsi des grands centres urbains comme Azazga, Larbaa Nath Irathen et Bouzeguène ont connu la coupure du courant électrique la veille comme d’ailleurs dans les autres daïras comme Makouda, Azefoune, Draa El-Mizan, Ouacifs, Tigzirt, Zekri, Boghni, Ouadhias, Iboudrarène, Béni Yenni et Béni Douala. Selon le chargé de communication de la Sonelgaz de Tizi Ouzou, au milieu de la journée 50.000 abonnés ont été rétablis et des équipes de la Sonelgaz assistées par des entreprises privées s’affairaient à intervenir dans les autres localités tout en confiant que la tâche est difficile en raison de l’accumulation des couches de neige sur les routes ou encore du fait que certains conducteurs et supports se trouvent dans des rivières et des forêts difficiles d’accès. La persistance de la vague de froid a fait craindre le pire pour les habitants de la région en raison de la pénurie du gaz butane, produit vital dans les régions de montagnes non raccordées au réseau de gaz naturel et ce malgré les assurances de la Naftal quant à la disponibilité du gaz butane et du carburant. En effet, en raison du blocage du trafic routier, l’acheminement de ces produits demeure impossible et les tentatives de ravitailler les populations se sont montrées périlleuses. Hier dans la journée, un camion de transport de gaz butane s’est renversé sur la RN12, à hauteur du carrefour de Tizi Rached à l’est de Tizi Ouzou. Un camion de transport de gasoil est resté bloqué sur la RN15 entre Irdjen et Tizi Ouzou avant d’être secouru par la Protection civile. Les habitants de vieille cité de l’Indépendance à Draa El-Mizan, au sud de Tizi Ouzou, ont eu la frayeur de leur vie, hier matin, en raison de la menace d’effondrement des toits de leurs habitations sous le poids de la neige. A Tigzirt, un éboulement suivi d’un glissement de terrain menaçait une maison individuelle alors que la RN24 est partiellement bloquée par ce même glissement à hauteur du village Taksebt dans la commune d’Iflissen.

A Bouira, la RN30 demeure fermée à la circulation routière, le passage de la RN33 est obstrué de même, la RN15 aussi est bloquée à hauteur de la commune d’Aghbalou, à une cinquantaine de kilomètres à l’est du chef-lieu de wilaya. La RN18 est impraticable en allant vers la wilaya de Médéa.

Les habitants d’Alger se sont réveillés samedi matin sur un paysage inhabituel suite aux chutes de neige ayant habillé la capitale d’un manteau blanc, un fait rare que la région n’a pas enregistré depuis février 2005, a-t-on constaté sur place. Les fortes précipitations des dernières 48 heures marquées par des flocons de neige, durant la nuit de vendredi à samedi, ont causé des désagréments, perturbant la circulation. Les axes routiers menant vers les communes de Draria et Bouzaréah étaient bloqués hier à la circulation. Dans la wilaya d’Aïn Défla, l’autoroute est-ouest reliant Khemis Miliana à Boumedfaâ est fermée à la circulation au niveau d’El-Hassinia, commune de Khemis Miliana, suite à l’amoncellement de neige.

Dans la wilaya d’Oran, les averses ont causé notamment un glissement de terrain dans la localité d’Arzew. Les occupants des habitations touchées par ce glissement de terrain ont été évacués par la Protection civile. Dans la localité de Sidi Bachir, relevant de la daïra de Bir El-Djir, six personnes d’une même famille souffrent de brûlures, suite à un incendie qui s’est déclaré dans leur habitation suite à l’utilisation du carburant pour allumer un feu afin de se réchauffer.