Mehri plaide pour la réhabilitation du GPRA

Le 19 septembre proposé journée nationale de la République

Mehri plaide pour la réhabilitation du GPRA

par D. Belaifa, Le Quotidien d’Oran, 20 septembre 2008

Intervenant, jeudi, à l’occasion des festivités marquant la célébration du 50e anniversaire de la création du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), l’ancien ministre des Affaires nord-africaines du GPRA, M. Abdelhamid Mehri, a plaidé pour adopter la date du 19 septembre, comme une journée nationale de la République.

L’ex-Premier ministre a insisté sur la nécessité de réhabiliter cette importante institution de la Révolution algérienne en érigeant la date de la proclamation de sa création en une journée nationale de la République.

«Si le 19 mars constitue réellement la journée de la victoire du peuple algérien, et si le 5 juillet renvoie à la fête de l’Indépendance, le 19 septembre renvoie à la date de la restauration de l’Etat algérien», a-t-il souligné. Il a, en outre, indiqué que l’importance de l’évènement réside dans l’appellation Gouvernement provisoire de la République algérienne. «Les Français avaient proclamé la création du gouvernement provisoire présidé par De Gaulle, durant la Deuxième Guerre mondiale, dans des conditions où il y avait continuité de l’Etat», a-t-il soutenu, soulignant que «dans le cas algérien, cette proclamation a été faite dans les conditions d’absence de l’Etat-nation, entièrement détruit par le colonialisme. Saisissant cette occasion, M. Mehri a lancé un appel aux historiens pour se pencher sur cette étape de la lutte du peuple algérien. Il a, par ailleurs, rappelé les conditions ayant entouré la création du GPRA, en affirmant qu’il n’était pas facile de proclamer la création d’un Etat dans le bassin méditerranéen à cette époque, caractérisée surtout par la guerre froide et un alignement, sans retenue, des pays occidentaux sur les positions françaises.

De son côté, le ministre des Moudjahidine M. Chérif Abbès a rappelé que la création du GPRA, a été imposée par l’évolution qualitative du combat libérateur du peuple algérien.

«Le GPRA a fait preuve d’un juste équilibre entre diplomatie basée sur les principes de l’autodétermination et un pragmatisme efficace», a affirmé le ministre, dans son allocution d’ouverture, à la conférence organisée à l’occasion du 50e anniversaire de la création du GPRA. Il a estimé, à ce sujet, que le GPRA a tracé, sans aucune exagération, les prémices d’une diplomatie, faisant de la Révolution algérienne un exemple à suivre pour les pays qui luttent pour leur indépendance. Il a, par ailleurs, rappelé les événements ayant engendré la proclamation de la création du GPRA, en mettant l’accent sur la fin de la quatrième République en France et l’apparition, à la tête de l’Etat français, du général De Gaulle.

La proclamation et la constitution, le 19 septembre 1958, du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), a été, sans conteste, une étape décisive dans la poursuite de la lutte de Libération nationale, pour la restauration de l’Etat algérien. En fait, cet évènement majeur dans la marche de la révolution algérienne était la concrétisation d’une décision cruciale prise deux années auparavant, par le congrès de la Soummam, et considérée alors comme un pas décisif dans la lutte nationale pour l’Indépendance, selon de nombreux acteurs de la lutte de Libération nationale.