Eradicationist intellectuals weeding the botanical garden

Eradicationist intellectuals weeding the botanical garden

Traduction française

By Lamine Zakaria, 20 April 200, http://www.ccfis.org/english/default.asp

In the early nineties, the Algerian generals embarked on an ambitious social
engineering project. The aim was to rid the Algerian landscape from the
‘Islamist vermin’ or, to quote an ex-interior minister, to ‘weed out’ the
beautiful Algerian botanical garden. The generals found a certain elite, the
eradicationist intellectuals, ready to justify their genocidal project,
preach their propaganda, theorise their ambitions and defend their
‘democratic and republican’ pretences as well as their ‘claimed modernity’.
The world was treated to a spectacle not usually seen elsewhere: a symbiosis
between soldiers and ‘intellectuals’. Usually intellectuals are to be found
protesting injustice, conscientising people, manning barricades in the
streets if need be, while soldiers often stand on the side of tyranny.
During the students’ demonstrations in Paris in May 1968, Jean Paul Sartre,
a prominent intellectual of his time, was at the barricades. General de
Gaulle was quoted to have replied to the police chiefs when the latter had
asked him to order the arrest of the philosopher: ‘One cannot arrest
Voltaire’.

The role of intellectuals in society is usually to articulate the grievances
of civil society and to plead the cause of justice, freedom, human dignity
and human rights. Despotic regimes always mistrust intellectuals and make
life difficult for them. However, Algeria, a land of ‘specificity’ in many
respects, appears to be one of the exceptions. The eradicationist
intellectuals in Algeria do not man barricades, defy tyranny, guide the
people or participate in social protest. Instead they direct the shots of
the soldiers at the ‘Infra-humans’, those Islamist ‘beasts’ who dared to
defy the rule of the generals. They glorify the role of the soldier
terrorising his society. They preach a policy of eradication of the
‘infra-humans’ which soldiers translate in their own brutal ways into
killings and large-scale massacres.

The eradicationist intellectuals bear a heavy responsibility in the conflict
that has devastated the country, causing the death of more than 200 000
persons, the disappearance of 17 000 persons, the displacement of a million
persons, the exile of a half million persons and the pauperisation of most
of the country. The proud Algerians are now reduced to prostituting
themselves or to scavenging for food in rubbish dumps. Epidemics long
eliminated have resurfaced with a vengeance and are playing havoc with the
health of the people. Illiteracy is on the rise again because people can no
longer afford to send their children to schools. The scourges of drugs and
alcoholism are cutting the lives of Algerians in their prime. The fabric of
Algerian society is disintegrating day by day. The generals, in collusion
with the eradicationist intellectuals, have indeed achieved a ‘victory’ over
Algerian society. They have reduced Algerian society into rubble. While the
people are further sinking into despair and despondency the Algerian
cemeteries keep expanding to cope with the consequences of the
eradicationist policy carried out with high efficiency by the generals and
advocated by the eradicationist intellectuals.

This ‘victory’ has also resulted in the winning of infamous international
awards. Indeed, in 1998, The Observer weekly of 28 June published the
results of a study carried out by internationally recognised human rights
campaigners and Nobel laureates to mark the 50th anniversary of the
Universal Declaration of Human Rights. The countries were ranked from the
worst abuser down and Algeria was found to be the worst offender. In 1999,
The Observer of 24 October produced a ranking of incidence of abuse by head
of population, under 10 general headings: the incidence of extra-judicial
executions; disappearances; torture and inhumane treatment; deaths in
custody; prisoners of conscience; unfair trials; detention without charge or
trial; existence of the death penalty; sentences of death; and abuses by
armed opposition groups. By this accounting the top five abusers were found
to be: the Democratic Republic of Congo, Rwanda, Burundi, Algeria and Sierra
Leone.

Various independent international investigations (Freedom house, Amnesty
International, Human Rights Watch, International Crisis Group, UNHRC, etc.)
on the human rights situation in Algeria point to the same conclusion.
Whatever yardstick is used, the Algerian regime emerges as one of the worst
human rights abusers. The conclusions of the studies point to a situation of
lack of civil and political rights and an appalling human rights record. In
both the 1998 and 1999 studies reported by The Observer the Algerian regime
is ranked as the most intensive user of torture. Algeria commits more
extrajudicial killings than any of the 10 most repressive countries in the
world. Algeria is found to be a country with no regard for the sanctity of
the human being, his integrity or rights. Algeria commits more than any
other country extrajudicial killings, practices unfair trials, detention
without charge or trial and resorts to the death sentence on a massive
scale.

The eradicationist intellectuals have never denounced these abuses. Oddly
enough and true to their ‘specificity’, they vehemently oppose the work of
non-governmental organisations dedicated to the promotion of human rights.
It is a unique situation indeed. Worse than that, the ‘intellectuals’ have
enthusiastically stoked the fire of hatred for the past nine years and
provided the rationale for the unprecedented repression which has fallen on
the Algerian people. They have acted like Radio-Télévision Libre des Milles
Collines (RTLM) which brought the Hutu militants to a state of frenzy before
sending them to eradicate the Tutsis. The Algerian ‘intellectuals’ have
developed a world-upside-down rhetoric of victimisation, a discourse of a
republic and a democracy in danger from ‘barbarism’. They have used the
powerful media, El-Watan, Liberté, Le Matin, Al-Khabar, L’Authentique, etc.
to demonise the opposition and called for the militarisation of society, a
policy which has led to the creation of legions of ruthless militias and
paramilitary ‘vigilante’ groups eager to go on the killing rampage for a
fist of Dinars.

Whereas the Hutus used the term ‘cockroaches’ to refer to the Tutsis, the
eradicationist intellectuals call their enemies ‘infra-humans’, or ‘vermin’.
One can see therefore that the process of killing an opponent is usually
preceded by his degrading to the level of an animal, a dehumanising process.
Thus, the generals can rightfully claim not to be killing human beings but
only culling animals. Like the Hutu supremacists, the eradicationist
intellectuals adhere to an exclusionist vision of Algerian polity in which
the political opponent has to be eradicated.

The eradicationist intellectuals claim to represent the whole society, a
claim not borne out by the outcome of elections, even the rigged ones, since
the advent of political pluralism. For example, they oppose the Arabic
language and spare no effort in undermining its progress in Algerian
society. They despise Arabic culture and attack constantly Islam. Islam,
‘fundamentalism’ or ‘integrisme’ and ‘terrorism’ are interchangeable words
to them. They see themselves as the embodiment of ‘democracy’ and everything
else as ‘undemocratic’. They see the military junta as a bulwark for
‘democracy’. The eradicationist intellectuals organise and defend the
interests of the army officers and the rapacious new bourgeoisie. It is by
virtue of their adjacency to power that they justify the generals’ genocidal
enterprise and rationalise its aims. In return the generals provide them
with material benefits and status.

The defenders of evil are however bound to be consigned to the dustbin of
History. For a long time the world has listened to the eradicationist
intellectuals. It is no longer the case as it is awakening to the scale of
the Algerian tragedy and the emergence of the long suppressed truth. The
body of eradicationist intellectuals is also shrinking and fragmenting. For
the smart elements among them, it is no longer rewarding to be associated
with killers. Those however who have irreversibly compromised their
integrity have no other choice except to continue supporting the generals.
The eradicationist intellectuals are now having difficulties cobbling
together meaningful petitions to answer the ever increasing calls for an
international inquiry into the violations of human rights in Algeria. In
their latest petition entitled: « Appeal of Algerian intellectuals against
confusion and defeatism », they reproduce with some adaptation an old
petition which circulated a few years ago at the height of the massacres. It
is indeed illuminating to find among the signatories of the appeal a nursery
manager as well as ‘retired cadres’ whatever this word may mean, almost the
whole staff of Algerian television including cameramen and secretaries as
‘producers of culture and science’. For many of them, a dream has come true
because they have been promoted overnight to the prized status of
‘intellectual’.

In the face of mounting evidence implicating Algerian generals in atrocities
and crimes against humanity, many traditionally vociferous defenders of
eradicationism, both in Algeria and in France, are jumping the sinking ship.
The eradicationist intellectuals no longer sail before the wind. In the
daily London newspaper Alquds of 9 April 2001, the writer and defender of
the junta Mohamed Moulesshoul (known under the pen name of Yasmina Khadra)
complained of being deserted by his erstwhile intellectual friends. Does he
not realise that it is only natural for people to change their views as more
facts emerge? Obviously the intellectuals who have sold their souls to
killer generals are failing to grasp this basic truth.

When one day an international commission of inquiry delivers its verdict on
the Algerian tragedy, it will no doubt be stated in its conclusions that
eradicationist intellectuals have aided and abetted the genocidal enterprise
of a band of generals and played a major role in stoking up the fire of
hatred.

History has inexorable verdicts with no possibility of appeal. By scrapping
the results of the first ever-free general elections to be held in Algeria
since independence, the generals exploded the myth of ‘democratisation’ and
the ‘illusion’ of a popular army devoted to the defence of the integrity of
the homeland. The eradicationist intellectuals who have marketed the most
barbaric rule ever imposed on Algeria have betrayed the struggle waged by
intellectuals throughout the world against tyranny and for the promotion of
the human dignity.

—————————————————————————————————-

Traduction automatique

Ces intellectuels sarclant le jardin botanique

Par Lamine Zakaria

Tôt, dans les années 90, les généraux algériens se sont embarqués sur un projet social ambitieux d’ingénierie. Le but était de débarrasser l’horizon algérien de la » vermine Islamiste ou, pour citer un ex ministre de l’intérieur, pour sarcler et les jeter hors le beau jardin botanique algérien. Les généraux ont trouvé une certaine élite, les intellectuels éradicationistes, qui se préparait, pour justifier leur projet génocide, prêcher leur propagande, théoriser leurs ambitions et défendre leurs prétentions ‘ démocratiques et républicaines ‘ comme leur ‘ modernité auto réclamée ‘. Le monde a été surpris de voir un spectacle inhabituel ailleurs: une symbiose entre les soldats et les ‘ intellectuels. Habituellement des intellectuels doivent protester contre l’injustice, et pour la conscience personnelle, occuper et équiper des barricades dans les rues si besoin est, alors que les soldats se tiennent souvent du côté de la tyrannie. Pendant les démonstrations des étudiants à Paris en mai 1968, Jean Paul Sartre, un intellectuel en avance sur son temps, était aux barricades. Général de Gaulle a été cité pour avoir répondu au chef de la police quand ce dernier lui avait demandé une autorisation pour l’arrestation du philosophe: ‘ on ne peut pas arrêter Voltaire ‘ lui répondra le général. Le rôle des intellectuels dans la société est habituellement d’articuler les réclamations de la société civile et de parler en faveur la cause de la justice, de la liberté, de la dignité humaine et des droits de l’homme. Les régimes répriment les intellectuels car ils sont despotiques. Parfois, par simple méfiance, ils leur rendent la vie difficile. Cependant, l’Algérie, une terre de  » spécificité ‘ à bien des égards, semble être une exceptions. Les intellectuels de l’éradication en Algérie n’équipent pas des barricades, ne défient pas la tyrannie, ne guident pas le peuple ou ne participent pas à la protestation sociale. Au lieu de cela ils dirigent les projectiles des soldats vers des ‘ Infra-humains, contre ces bêtes d’Islamistes ‘ qui ont osé défier la règle des généraux. Ils améliorent le rôle du soldat terrorisant sa société. Ils prêchent une politique de l’extirpation des ‘ infra-humains que les soldats traduisent par des voies brutales comme les massacres de masse.

Ces intellectuels portent une responsabilité lourde dans le conflit qui a dévasté le pays, causant la mort de plus de 200 000 personnes, la disparition de 17 000 personnes, le déplacement d’un million de personnes, l’exil d’un demi million de personnes et la paupérisation de la majeure partie du pays. Les Algériens fiers sont maintenant réduits à se prostituer ou à chercher de la nourriture dans les déchets. Les épidémies depuis longtemps éliminées sont réapparues et font ravage sur la santé du peuple. L’analphabétisme est en élévation constante parce que les gens ne peuvent plus se permettre d’envoyer leurs enfants aux écoles. Les fléaux des drogues et de l’alcoolisme coupent de plus en plus les vies des Algériens. Le tissu de la société algérienne se désagrège de jour en jour. Les généraux, de connivence avec ces intellectuels, ont en effet réalisé une ‘ victoire ‘ sur la société algérienne. Ils l’ont réduite à de la blocaille. Tandis que le peuple est davantage dans le désespoir et la dépendance, les cimetières augmentent la cadence des enterrements suite aux conséquences de la politique de l’éradication réalisée avec un haut rendement par les généraux et préconisée par ces intellectuels. Cette ‘ victoire ‘ a également eu comme conséquence le gain des récompenses internationales infâmes. En effet, en 1998, l’hebdomadaire The Observer du 28 juin a édité les résultats d’une étude effectuée par des militants de droits de l’homme et des lauréats Nobel pour marquer le cinquantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. L’Algérie s’est avérée le plus mauvais pays contrevenant. En 1999, le même hebdomadaire (24 octobre) a produit un taux d’abus par tête de la population : l’incidence des exécutions extrajudiciaires; disparitions; torture et traitement inhumain; les décès dans la garde à vue; prisonniers de conscience; jugements inéquitables et injustes; détention sans jugement; existence de la pénalité de la mort; phrases de la mort; et abus par les groupes armés d’opposition. Par cette comptabilité les cinq trompeurs principaux se sont avérés: la République démocratique du Congo, du Rwanda, du Burundi, de l’Algérie et de la Sierra Leone.

Diverses investigations internationales indépendantes (organisations internationales des droits de l’homme comme Amnesty, groupe international de crise, UNHRC, etc.) aboutissent, sur la situation de droits de l’homme, qu’en ce qui concerne l’Algérie, c’est la même conclusion. Quelque soit la mesure utilisée, le régime algérien émerge dans les conclusions des études en tant qu’un des plus violeur des droits de l’homme. Dans les études 1998 et 1999 citées le régime algérien est rangé en tant qu’utilisateur le plus intensif de la torture. L’Algérie commet des massacres extrajudiciaires comme n’importe lequel des 10 pays les plus répressifs au monde. L’Algérie s’avère être un pays sans aucun respect pour la sainteté de l’être humain, de son intégrité ou de ses droits. L’Algérie commet, plus que tout autre pays, des massacres extrajudiciaires, épreuves injustes de pratiques, détention sans jugement et ressources à la phrase de la mort sur une échelle massive. Or, les intellectuels de l’éradication n’ont jamais dénoncé ces abus. Assez curieusement’, ils s’opposent énergiquement au travail des organisations non gouvernementales consacrées à la promotion des droits de l’homme. C’est une situation unique en effet. Plus mauvais que cela, les intellectuels ont, avec enthousiasme, chargé et maintenu le feu de la haine pendant les neuf dernières années. Ils ont agi comme la Radio des Milles Collines (RTLM) de radiotélévision Libre qui a supporté les militants Hutu à un état de frénésie avant de les envoyer pour supprimer les Tutsis. Les intellectuels algériens de l’éradication ont développé une rhétorique d’un monde en amont vers le bas, ainsi que de victimisation, d’un discours d’une république et d’une démocratie en danger ‘ de barbarie ‘. Ils ont utilisé les médias, El Watan, Liberté, Le Matin, Al Khabar, L’Authentique, etc. ont puissamment démonisé l’opposition et ont justifié la nécessité de la militarisation de la société, c’est-à-dire une politique qui a mené à la création de milices impitoyables et de groupes paramilitaires de ‘ vigilants ‘ désireux aller saccager et massacrer pour une poignée de dinars.

Considérant que les Hutus ont employé le terme des ‘ cockroaches pour se rapporter au Tutsis, les intellectuels de l’éradication en ont utilisé plusieurs, comme les infra-humains les ennemis ‘, la vermine, les criminels sanguinaires, les terroristes ‘. On peut voir donc que le processus de destruction d’un adversaire est habituellement précédé par le discours qui dégrade au niveau d’un animal, un processus de déshumanisation. Ainsi, les généraux peuvent légitimement prétendre ne pas détruire les êtres humains mais détruire seulement des animaux. Comme les supremacistes Hutu, ces intellectuels adhèrent à une vision d’exclusion du champ de la politique, un ailleurs dans lequel l’adversaire politique doit être supprimé. Ces intellectuels prétendent représenter la société entière, une réclamation non confirmée par les résultats des élections, même truquées, depuis l’arrivée du pluralisme politique. Par exemple, ils s’opposent au langage arabe et font tout leur possible pour miner son progrès dans la société algérienne. Ils dédaignent la culture arabe et attaquent constamment l’Islam. L’Islam, ‘ fondamentalisme ‘ ou ‘ intégrisme ‘ et ‘ terrorisme ‘ sont des mots interchangeables. Ils se voient comme l’incorporation de » démocratie ‘ pour eux, seuls à qualifier les autres de  » non démocratiques « . Ils voient la junte militaire comme rempart pour la ‘ démocratie ‘. Ces intellectuels organisent et défendent les intérêts des officiers de l’armée et de la nouvelle bourgeoisie rapace. Il est advenu, de leur discours à actionner les sentiments qui justifient l’entreprise de génocide des généraux et rationalisent ses objectifs. En retour les généraux leur fournissent les avantages matériels. Ces défenseurs du mal et du crime sont cependant bons pour être consignés dans la poubelle de l’histoire. Le monde les a écouté pendant longtemps. Ce n’est plus le cas maintenant, car il se réveille à l’échelle de la tragédie algérienne et de l’apparition de la vérité supprimée. Le corps de ces intellectuels, leur nombre, se rétrécit également. Pour les éléments futés parmi eux, il s’aperçoivent que cela ne récompense plus d’être associé aux tueurs. Ceux cependant qui ont irréversiblement compromis leur intégrité n’ont aucun autre choix excepté pour continuer de supporter les généraux. Ces intellectuels ont maintenant des difficultés pour paver les pétitions en cailloutis significatives pour répondre aux appels toujours croissants pour une enquête internationale dans les violations des droits de l’homme en Algérie. Dans leur dernière pétition autorisée:  » appel des intellectuels algériens contre la confusion et le défaitisme « , ils reproduisent avec une certaine adaptation une vieille pétition qui a circulé il y a quelques années à la taille des massacres. Elle illumine en effet pour trouver parmi les signataires de l’appel un gestionnaire de pépinière comme ‘ le cadre retiré celui que ce mot puisse signifier, presque le personnel entier de la télévision algérienne comprenant des cameraman et des secrétaires en tant que ‘ producteurs de culture et de science ‘. Pour bon nombre d’entre elles, un rêve venu parce qu’elles ont été favorisées durant la nuit au mode estimé du qualificatif d  » intellectuel ‘.

Face aux généraux algériens et devant les preuves croissantes de leur responsabilité dans les atrocités et les crimes contre l’humanité, beaucoup de défenseurs de l’éradication, traditionnellement bruyants, en Algérie et en France, branchent le bateau de descente. Ces intellectuels ne naviguent plus contre le vent. Dans le quotidien Alquds de Londres du 9 avril de 2001, l’auteur et défenseur de la junte Mohamed Moulesshoul (connu sous le nom de crayon lecteur de Yasmina Khadra) s’est plaint de l’abandon par ses amis intellectuels. Ne se rend-il pas compte qu’il est normal que les personnes changent leurs vues car plus de faits émergent? Evidemment les intellectuels qui ont vendu leurs âmes aux généraux de tueur ne saisissent pas cette vérité de base. Quand un jour une commission d’enquête internationale fournira son verdict sur la tragédie algérienne, on lui énoncera sans aucun doute dans ses conclusions que ces intellectuels ont facilité et ont encouragé l’entreprise génocide d’une bande de généraux et ont joué un rôle important dans le chargement du feu de la haine. L’histoire a des verdicts inexorables, sans possibilité d’appel. En ferraillant les résultats des premières élections générales libres jamais tenues en Algérie depuis l’indépendance, les généraux ont éclaté le mythe de la ‘ démocratisation ‘ et de l » illusion ‘ d’une armée populaire consacrée à la défense de l’intégrité de la patrie. Les intellectuels de l’éradication qui ont lancé sur le marché la règle la plus barbare jamais imposée à l’Algérie ont trahi la lutte faite par des intellectuels dans le monde entier contre la tyrannie et pour la promotion de la dignité humaine

 

 

algeria-watch en francais