Quarante-sept détenus militaires massacrés en Algérie?

ALGERIE. Le Mouvement algérien des officiers libres (MAOL) annonce qu’une tuerie commise par une unité spéciale du pouvoir a eu lieu samedi à la prison de Boughar.

Quarante-sept détenus militaires massacrés en Algérie?

Antoine Menusier, Le Temps 27 février 2001

Maol annonce le massacre de 47 officiers

La nouvelle est à prendre au conditionnel: quarante-sept officiers, sous-officiers et soldats détenus à la prison militaire de Boughar, située entre Médéa et Ksar el-Boukhari, à l’ouest d’Alger, ont été massacrés dans la journée de samedi, a indiqué lundi au Temps le porte-parole du Mouvement algérien des officiers libres (MAOL), le colonel Baali Ali. Le MAOL est un groupe d’officiers dissidents, qui refusent de cautionner la politique d’éradication des groupes islamistes armés, laquelle, selon le groupe et d’autres témoins, s’accompagne de tueries perpétrées sur des innocents. Septante membres du MAOL résideraient hors d’Algérie. « Mais le plus grand nombre est incorporé dans l’armée algérienne. La source qui nous a informés du massacre de samedi à la prison de Boughar est militaire », précise le colonel Ali.
« Les 40 prisonniers tués étaient libérables à la mi-mars, poursuit le porte-parole du MAOL. Parmi eux, 28 avaient été condamnés pour insubordination. Ce qui signifie qu’ils n’étaient pas d’accord d’obéir aux ordres. On peut penser que le pouvoir militaire algérien n’a pas voulu que ces prisonniers qui allaient être élargis prochainement témoignent à leur tour des horreurs commises par des unités spéciales de l’armée sur des civils. »
Cette tuerie, selon le colonel Ali, est peut-être un message délivré à ceux des militaires qui seraient tentés de témoigner comme l’a fait récemment dans un livre (La sale guerre, Ed. La Découverte) l’ex-lieutenant algérien Habib Souaïdia, réfugié en France.
« Gouvernement provisoire »
D’après le porte-parole du MAOL, ce sont des hommes encagoulés de la Direction du renseignement et de la sécurité (DRS) qui ont commis le massacre. La tuerie aurait duré deux heures dans l’après-midi de samedi, les victimes étant regroupées dans un quartier de la prison militaire qui renferme plus de 200 prisonniers.
Le MAOL est une organisation basée en Espagne. « Seule une révolution comparable à celle des œillets au Portugal pourra renverser en Algérie le régime corrompu des militaires », déclare le colonel Ali. Le MAOL se dit prêt, le jour venu, à instaurer un « gouvernement provisoire ». « Ce sera un régime de transition, le temps de clarifier les choses, affirme l’officier. Le pouvoir sera ensuite remis aux civils. Les généraux criminels de guerre qui dirigent le pays seront jugés. Un vent de panique règne aujourd’hui en Algérie. »

 

Retour 

algeria-watch en francais