Souaïdia prêt à témoigner devant une commission d’enquête

Souaïdia prêt à témoigner devant une commission d’enquête

Habib Souaïdia, l’ancien officier algérien réfugié à Paris qui a mis en cause l’armée dans les massacres commis dans son pays, s’est déclaré, mardi, prêt à rentrer en Algérie pour témoigner devant une commission d’enquête internationale.

La publication de son livre a suscité de très vives réactions en France, où des intellectuels ont réclamé la constitution d’une mission d’enquête internationale. La polémique bat son plein alors que le chef de la diplomatie française Hubert Védrine effectue une visite à Alger.

« Tout ce qu’on demande, c’est une commission d’enquête internationale et je suis prêt à rentrer en Algérie pour témoigner, pour que la vérité et la justice soient faites », a-t-il annoncé sur France Inter. Habib Souaïdia s’est toutefois déclaré sceptique sur la mise en place d’une telle commission.

« Tout le monde se tait », a-t-il déploré. « Je pense que les services secrets français ou américains savent exactement ce qui se passe. Les Américains exploitent les puits de pétrole à Hassi Messaoud (NDLR: le plus grand champ pétrolier du Sahara algérien). Ils ont eu ce qu’ils voulaient et maintenant ils se taisent », a-t-il expliqué.

« Il y a dix généraux qui sont là, qui essayent de se protéger: Mohamed Lamari (chef d’Etat major) à leur tête, Khaled Nezzar (ancien ministre de la Défense), Fodhil Chérif (chef de la région militaire d’Alger-Blida), Mohamed Mediène (chef des services secrets), Gaïd Salah (commandant de l’armée de terre). Ce sont ces gens-là qui, a-t-il accusé, donnent les ordres pour se maintenir au pouvoir, pour voler l’argent du peuple ».

Ils pourront se maintenir au pouvoir « tant que la guerre continue, tant que personne ne pose les questions +qui tue qui ?+ », a-t-il ajouté. « La réalité, c’est autre chose. Les terroristes ont fait beaucoup de mal, mais les généraux ont fait la même chose. Tout le monde sait ce qui se passe en Algérie. Les Algériens savent », a-t-il conclu.

Ancien officier parachutiste, membre des forces spéciales algériennes, Souaïdia, 32 ans, est l’auteur d’un livre controversé – la Sale Guerre – dans lequel il met en cause les forces armées dans les massacres commis dans son pays.

AFP , mardi 13 février 2001, 11h48
©

 

retour

algeria-watch en francais