Said Sadi retire-t-il son soutien à K. Nezzar?

RCD

Amara Benyounès quitte la direction du parti

Par Mohamed Naïli, Le Jeune Indépendant, 1 novembre 2001

Amara Benyounès a claqué la porte de la direction du RCD, a-t-on appris auprès de l’entourage immédiat du parti. Toutefois, affirme-t-on encore, le désormais ex-secrétaire national chargé des relations avec les institutions au sein du parti de Sadi garde encore son statut de membre du conseil national du parti. Quoique au niveau du parti rien n’a filtré à ce sujet, aucun des responsables n’ayant voulu ni confirmer ni infirmer l’information, dans l’entourage immédiat du parti la nouvelle est loin de passer inaperçue. La décision de Benyounès, selon des sources proches du RCD généralement bien informées, est motivée par les revirements politiques de Sadi, entre autres son refus d’apporter le soutien du parti au général Khaled Nezzar. Interpellé par le rebondissement de l’arrêt du processus électoral en 1992, qui est à l’origine de la crise politique qu’a vécue le pays durant plus de dix ans, le général à la retraite a sollicité le soutien des partis démocratiques, qui ont eux-mêmes applaudi à cette époque l’initiative prise par l’institution militaire. En réaction, Saïd Sadi ne tarde pas pour affirmer que le soutien du RCD ne sera pas apporté au général Khaled Nezzar. Ce que le secrétaire national du RCD n’a pas apprécié. Selon nos sources, Amara Benyounès a souhaité le soutien de son parti à l’ancien ministre de la Défense, étant donné que même le RCD a soutenu l’arrêt de processus électoral en 1992. Pour lui, le refus de Saïd Sadi à l’appel de Nezzar est un revirement politique sans précédent dans l’histoire du parti. D’autres sources laissent entendre que l’ex-ministre des Travaux publics aurait souhaité le soutien de son parti au général à la retraite eu égard au lien familial existant entre eux. Par ailleurs, on écarte l’hypothèse que le retrait d’Amara Benyounès soit motivé par la dernière sortie médiatique de Saïd Sadi qui, lors du forum du quotidien El Youm dont il a été l’invité d’honneur, a fait état d’une tentative d’assassinat à son encontre. En effet, la décision de Benyounès aurait été prise bien avant le 7 octobre dernier, date du kidnapping du militant du RCD qu’on aurait chargé d’exécuter un attentat contre Sadi. M. N.