Achat d’armement américain

LUTTE ANTITERRORISTE

Achat d’armement américain

Par Djemila Benhabib, El Watan, 20 juin 2002

L’armée algérienne s’apprêterait à recevoir des équipements de haute technologie de vision nocturne destinés à la lutte antiterroriste, rapporte le Washington Post dans son édition du week-end dernier.

Selon le même article, six colonels de l’armée algérienne ont récemment été invités au quartier général des forces américaines en Europe, à Stuttgart, où ils auraient rencontré leurs homologues américains. La coopération entre les deux parties, qualifiée par le même journal de «très étroite», se fait dans le cadre de la lutte antiterroriste dirigée par les forces armées américaines. La responsabilité des forces américaines à l’étranger relève actuellement de cinq commandements couvrant différentes parties du monde dont le commandement européen, basé à Stuttgart, chargé de diriger des opérations militaires en Europe, en Afrique et dans une partie du Moyen-Orient. A la suite des attentats du 11 septembre, ce dernier, qui regroupe 115 000 hommes a notamment intensifié ses opérations dans les Balkans, au Caucase, au Liban, en Syrie, en Afrique du Nord et dans une partie de l’Afrique subsaharienne. Dans cette perspective, il est fort à parier que l’armée algérienne sera appelée à jouer un rôle plus important dans la région ; on pourrait s’attendre à l’organisation de manœuvres conjointes entre les forces navales américaines et algériennes. «Nous voulons prévenir d’autres Afghanistan», a déclaré au Washington Post le chef du commandement européen, n’excluant pas la possibilité d’attaques terroristes par voie maritime. Le commandement européen avait été très actif, après les attentats du 11 septembre, en Bosnie et au Kosovo où pullulaient de nombreuses organisations terroristes. En octobre dernier, avec la collaboration des services bosniaques, les forces américaines avaient intercepté à Zenica Bensayah Belgacem, d’origine algérienne, naturalisé bosniaque, qui aurait effectué 70 entretiens téléphoniques en Afghanistan après les attentats du 11 septembre. De plus, les services américains, qui avaient bien des raisons de croire que Bensayah Belgacem s’apprêtait à commetre un attentat contre l’ambassade des Etats-Unis à Sarajevo, avaient écroué quatre autres Algériens et un Yéminite.