Le PT n’ira pas au gouvernement

Louisa Hanoune au forum d’El-Youm

Le PT n’ira pas au gouvernement

Le Quotidien d’Oran, 11 juin 2002

Le parti des travailleurs (PT) a refusé de prendre part au gouvernement d’Ali Benflis. C’est le porte-parole de cette formation politique qui l’a annoncé hier au forum du journal El-Youm. Interrogée sur la question de la participation ou non de sa formation au gouvernement d’Ali Benflis, Louiza Hanoune a déclaré que le chef du gouvernement qui connaît nos principes et notre programme, a tenu à nous voir et nous lui avons exprimé notre point de vue sur la question».

Toutefois, le porte-parole du parti des travailleurs a déclaré «qu’au sein de cette assemblée qui ne reflète pas le choix des électeurs, nous allons nous battre et exprimer nos positions sur la base du programme pour lequel nos députés ont été élus».

Ainsi, elle indiquera qu’à l’APN «nous lutterons pour la démocratie, pour la défense des libertés et contre la privatisation».

Cette nouvelle sortie médiatique de Louiza Hanoune a été une opportunité, pour elle, pour «revenir sur les événements de Kabylie», notamment lors des élections législatives. A ce sujet, elle dira que dans «cette région, il y a eu empêchement de la tenue des élections». L’invitée du forum du journal El-Youm a déclaré «qu’il aurait été important de savoir si en Kabylie, les gens ont véritablement voulu voter ou non».

D’après Louiza Hanoune, «il aurait été important pour les partis politiques qui ont décidé de prendre part à ces élections ou de les boycotter, de faire leur bilan parlementaire». Et d’ajouter que «son parti a présenté son bilan lors de la campagne électorale et que le peuple nous a renouvelé sa confiance». «C’est cela notre grand capital», a-t-elle dit. En abordant le volet économique, le porte-parole du parti des travailleurs, a plaidé pour «l’opposition à toute privatisation du secteur public». A ce sujet, elle cite les menaces qui pèsent sur la Sonelgaz et le malaise qui règne, aujourd’hui, chez les travailleurs d’ISPAT à El-Hadjar». Pour Louiza Hanoune, «il y a urgence de régler tous les problèmes qui se posent en Algérie» et «que la priorité doit être donnée à l’instauration de la paix dans notre pays».

Interrogée sur les éventuelles alliances qu’elle contractera au sein de l’assemblée, la député du parti des travailleurs, dira que sa formation «coordonnera avec tous les parlementaires qui s’opposeront aux privatisations et qui défendront la démocratie et les libertés».

Enfin Louiza Hanoune a invité les partis politiques à prendre leurs responsabilités «afin de désamorcer toutes les bombes qui menacent notre pays».

Abdelkader Mostéfai