Marche populaire à Alger le 20 avril

LA KABYLIE SE PREPARE A COMMEMORER LE PRINTEMPS NOIR

Marche populaire à Alger le 20 avril

El Watan, 24 mars 2002

La Coordination intercommunale de Béjaïa (CICB) a arrêté une batterie d’actions pour commémorer le premier anniversaire du printemps noir et matérialiser, sur le terrain, l’option du rejet des prochaines législatives.

Réunis en conclave jeudi et vendredi derniers à Tala Hamza, les délégués de la CICB ont ainsi retenu le principe d’organiser une marche populaire à Alger, la journée du 20 avril prochain. Une autre action dont la nature n’a pas été définie et que les animateurs de la Coordination veulent d’envergure nationale est prévue le 22 du même mois à Amizour. La localité a été, pour rappel, le théâtre de l’incident (interpellation de trois collégiens par des gendarmes) qui a entraîné la réaction violente de la rue et l’embrasement de la région. Dans le même registre de la commémoration est programmée une cérémonie de recueillement sur la tombe de Guermah Massinissa, à Beni Douala le 18 avril. Les perspectives d’actions tracées lors du même conclave débordent sur le mois d’avril pour retenir le principe d’une marche nationale à Kherrata le 8 mai prochain. Dans le même élan et sans doute dans l’objectif de faire monter la pression à la veille directe du rendez-vous électoral du 30 mai, l’on projette également une marche à Alger, le 19 du même mois. Il faut souligner que toutes les actions conçues comme nationales devraient au préalable être entérinées par une réunion de la Coordination interwilayas des archs. S’agissant des «modalités» de rejet des prochaines élections, les délégués réunis à Tala Hamza comptent appeler à «la fermeture» de toutes les APC de la wilaya six jours avant la date du scrutin, soit dès le 25 mai prochain. L’on va également jusqu’à proposer «la confiscation des urnes et des matrices». Enfin, il est prévu l’organisation de campagnes de sensibilisation par rapport au choix du rejet, à travers le territoire national. Dans une déclaration ayant sanctionné la réunion de Tala Hamza, les animateurs de la CICB mettent la dernière flambée de violence qui a secoué la région sur le dos du pouvoir. Celui-ci, note le document, a fait dans la «provocation» et «la répression sauvage». Aussi a-t-on appelé la population à faire preuve de «vigilance» pour «déjouer toute tentative de déstabilisation du mouvement». La même population est appelée à «dénoncer les actes de vols et de vandalisme». Enfin, la déclaration conclut en annonçant un sit-in des délégués devant le tribunal de Béjaïa, le 21 avril prochain, journée qui devrait voir se dérouler le procès de la dizaine de jeunes arrêtés durant les derniers troubles. Un hommage est par ailleurs rendu au jeune Bettar Yacine, mortellement blessé jeudi dernier durant les heurts qu’a connus la localité de Chemini. Son enterrement est prévu aujourd’hui à Souk Ouffella.

Par M. Slimani