Manifestations en Kabylie

Marche imposante des femmes à Béjaïa

Le Jeune Indépendant, 27 avril 2002

De notre bureau Abdelhakim Abdiche et Hammouche Mebrouk

La marche initiée par le comité de solidarité des femmes de la wilaya de Béjaïa a tenu toutes ses promesses. C’est vers 11h30, après la formation des carrés, qu’une marée de femmes, mères de famille encadrées par des jeunes s’est ébranlée le long de la route menant vers la wilaya. L’itinéraire prévu a été respecté. De stridents youyous ont agrémenté la marche qui s’est arrêtée au niveau du lycée El-Hamadia, à la cité CNS, pour observer une minute de silence en hommage au couple Larabi disparu en juin 2001. Les banderoles ont porté

les slogans habituels : «Libérez les détenus», «Tamazight langue nationale», «Ulach smah ulach», «Ulach l’vot ulach». Les femmes familles des détenus ont tenu à dénoncer les arrestations «arbitraires» des enfants, des militants et de leur époux. Les marcheuses ont tenu également à exprimer, à travers cette marche, le ras-le-bol que subit toute une population. Les revendications sont nombreuses.

Une fois arrivées au siège du groupement de la gendarmerie, les femmes ont demandé la libération des détenus du mouvement citoyen. La mère d’un détenu nous a déclaré à ce propos : «Mon fils a été incarcéré pour une cause juste, je suis la plus contente de toutes ces femmes venues dire haut leur désarroi.» Les femmes ont demandé aux responsables l’annulation absolue des poursuites judiciaires dont sont victimes les militants du «printemps noir», le rejet de la mascarade électorale, dénoncé la hogra, réclamé la satisfaction de la plate-forme d’El-Kseur. Une militante du mouvement a exprimé sa confiance et sa satisfaction. Pour elle, la marche est une totale réussite. Un universitaire d’Oum El-Bouaghi nous déclara : «Nous avons observé les jalons depuis les événements et j’ai fait une affectation à Béjaïa où je dirige un groupe, c’est normal qu’on soit tous là aujourd’hui.» «Une marche nationale est prévue pour le 8 mai à Kherrata et le 19 mai», nous déclara un délégué. La foule, une fois arrivée au tribunal de Béjaïa, s’est mise par terre, une lecture des revendications a été faite, puis la foule s’est dispersée dans le calme. «Arris, Aïn Fakroun, Khenchela, Skout sont à l’écoute de tout ce que vit la Kabylie, selon un Batnéen venu pour la marche.» A. A. et H. M.

————————-

Réunion de la coordination intercommunale de Béjaïa à Ighram

Marches et grèves en perspective pour le mois de mai

De notre bureau Farid Mesbah

La réunion de la Coordination de l’intercommunale de Béjaïa (CICB) qui s’est tenue au village Iâzounen, commune d’Ighram (Akbou), à 90 km du chef-lieu de wilaya de Béjaïa, a arrêté une série d’actions, dont des marches et des grèves, pour exiger la libération des détenus et empêcher la tenue des prochaines élections législatives.

Une parfaite organisation a marqué la rencontre grâce notamment à la mobilisation de 15 villages et plus de 2 000 jeunes vigiles pour la tenue de la rencontre et la sécurité des délégués durant le week-end.

A court terme, la CICB a retenu la libération des détenus des derniers événements et la solidarité matérielle et morale avec les familles des détenus. Les participants ont adressé une mise en garde au pouvoir sur les répercussions de la grève de la faim des détenus, et menacé de saisir des ONG internationales sur l’état de santé des grévistes. A long terme, la CICB a décidé de maintenir la pression pour la non-tenue des élections en mettant en quarantaine les candidats. L’ensemble des délégués ont opté pour une marche synchronisée à travers toutes les communes de la wilaya de Béjaïa pour la journée du 1er mai. En plus, il est prévu une marche nationale le 8 mai à Kherrata, une autre le 19 mai à Béjaïa, suivie d’une grève générale, une grève de deux jours, mercredi et jeudi 28 et 29 mai, et une grève de trois jours impliquant les services administratifs des APC. La Coordination intercommunale de Béjaïa rend hommage dans une déclaration à la mobilisation populaire à l’occasion du «printemps noir» notamment les journées des 18, 19, 20 et 22 avril 2002 par le soutien des collectifs des femmes, des universitaires et des travailleurs de la wilaya de Béjaïa. Les détenus du mouvement citoyen ont entamé une grève de la faim depuis le 24 avril dernier. La CICB appelle toute la population à manifester sa solidarité morale et matérielle avec les familles des détenus en maintenant la décision du rejet de la mascarade électorale. Le mouvement enregistre avec satisfaction l’adhésion de certains partis politiques, de la société civile et des personnalités au mot d’ordre du rejet des prochaines législatives. F. M.

———————-

Marche des lycéens à M’Chedallah

De notre correspondant Mourad O.

La marche à laquelle avait appelé la coordination des lycéens de la daïra de M’Chedallah pour jeudi dernier à 10h00 afin d’exiger la libération immédiate des détenus, l’arrêt de toute forme de provocation et d’intimidation à l’encontre des citoyens, la satisfaction pleine et entière de la plate-forme d’El-Kseur ainsi que le respect de la franchise scolaire, a été largement suivie par les élèves des différents établissements scolaires, les enseignants et autres fonctionnaires du secteur de l’éducation.

Après l’arrivée des élèves de la commune de Chorfa, distante de M’chedallah de 9 km, la procession humaine s’est ébranlée du lycée Amrouche-Mouloud vers le siège de la daïra. cela non sans scander les slogans hostiles au pouvoir : «Pouvoir assassin», «Ulac smah, ulac l’vot», «Rendez-nous l’Algérie»…

Les lycéens, qui devançaient le premier carré formé par les enseignants étaient suivis par les élèves du lycée Zouzamane. Les délégués présents à cette manifestation ont prêté main forte aux lycéens pour former un cordon de sécurité qui a dissuadé les trouble-fêtes d’accéder aux carrés. A l’arrivée, une déclaration a été remise au chef de daïra qui, à son tour, a promis de la remettre à qui de droit. Il est à signaler que cette marche a été canalisée discrètement par les forces de sécurité jusqu’à la dispersion de la foule. Aucun incident n’a été enregistré. M. O.

———————

Commémoration du 1er anniversaire du «printemps noir»

Grande manifestation demain à Irdjène

De notre bureau de Tizi Ouzou Saïd Tissegouine

Les aârchs de Larbaâ Nath Irathen, en collaboration avec le comité de solidarité, ont élaboré un programme d’activités pour demain à Irdjène.

Au menu de ce dernier, notons l’organisation de deua x marches, l’une de la place de l’APC vers la place Daïd-Mebarek, et la seconde, de l’esplanade vers le stade, le dépôt de la première pierre du mémorial aux martyrs du «printemps noir» implanté au niveau de l’esplanade, le dévoilement des fresques à l’effigie des martyrs et la tenue d’un meeting avec les délégués de l’inter-wilayas. Et pour conclure, les initiateurs de cette manifestation ont lancé un appel à une grève le jour même à partir de midi.

Cette manifestation vise à exiger la libération immédiate et inconditionnelle des détenus, la satisfaction pleine et entière de la plate-forme d’El-Kseur, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires à l’encontre des délégués des aârchs et des manifestants et marquer la commémoration du premier anniversaire du «printemps noir». S. T.

——————

Marche et meeting à El-Kseur

Pour que nul n’oublie

De notre bureau de Béjaïa Yacine B.

Le comité de la société civile d’El-Kseur a organisé, hier, une marche à laquelle des milliers de personnes ont pris part. Cette marche a coïncidé avec le premier anniversaire de la mort de trois martyrs du «printemps noir» en l’occurrence Yahia Cherif Karim, Sebaï Yahia et Arab Nacer. Cette marche a démarré de l’esplanade de l’APC, passant par le boulevard dit «boulevard des insurgés», où les marcheurs ont observé une minute de silence à la mémoire de ces martyrs.

Tout au long de cette marche, les manifestants scandaient des slogans hostiles au pouvoir tels «Pouvoir assassin», «On en a marre de ce pouvoir», etc., ainsi que des slogans en faveur des détenus du mouvement citoyen tels que : «Libérez les détenus, jugez les assassins», «La plate-forme d’El-Kseur, scellée et non négociable», «L’Algérie des 11 généraux, non !», «Gloire à nos martyrs», «Non à la répression, oui pour un Etat de droit», etc.

A la fin de la marche, les membres du comité d’El-Kseur ont animé un meeting où ils ont salué la «formidable mobilisation de la population». Ils ont promis de nouvelles actions à partir de mardi prochain pour la libération de tous les détenus du mouvement. Y. B.