Manifestants blessés

Affrontements à Souk-El-Tenine

Des blessés et des arrestations

De notre bureau Hammouche Amine, Le Jeune Indépendant, 18 mai 2002

La localité de Souk-El-Tenine, 45 kilomètre, du chef-lieu de Béjaïa, a vécu une scènes de violence, ce jeudi, suite à une marche organisée par les délégués de cette commune pour dénoncer l’arrestation arbitraire de leur délégué. Une marche a été organisée jeudi à Souk-El-Tenine traînant une foule nombreuse. La marche qui devait dénoncer l’arrestation du délégué, M. Ikhlef Mohand dit «Kaza», arrêté mardi dernier à Aokas, a été réprimée par les forces de l’ordre, au moment où les marcheurs se dirigeaient vers le siège de la commune. C’est ainsi que les affrontements ont débuté entre les manifestants et les services anti-émeutes, durant toute la journée. Ces derniers tiraient des bombes lacrymogènes et les manifestants répliquaient à coups de pierres et de cocktails molotov. Plusieurs blessés ont été enregistrés parmi les jeunes manifestants dont un dans un état grave. On signale également plusieurs arrestations. Au lendemain des émeutes, le calme est revenu dans la localité où la population reste mobilisée pour la libération de son délégué et pour la campagne anti-vote. H. A.

———————

Emeutes et affrontements à Draâ El-Mizan

Plusieurs manifestants blessés

De notre bureau Malik Adel, Le Jeune Indépendant, 18 mai 2002

La ville de Draâ El-Mizan, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a renoué jeudi dernier avec les affrontements. La marche prévue dans cette localité par la Coordination inter-daïras a tourné aux affrontements et à l’émeute après sa répression par les services de sécurité. Quelque quatre mille personnes venues des communes environnantes pour «exiger la libération des détenus» ont été surprises par une attaque des éléments des services de sécurité embusqués non loin de là. Rassemblée sur la place de la poste pour une marche pacifique en direction du siège de la daïra, distant d’environ un kilomètre, la foule a été dispersée à l’aide de bombes lacrymogènes, avant d’être chargée par les CNS à coups de matraque. Ce raid effectué à l’aide d’un matériel important (véhicules chasse-obstables, lance-eau et fourgons cellulaires) s’est soldé par de nombreux blessés parmi les manifestants. Les émeutes se sont poursuivies très tard dans la soirée et des délégués d’Aïn Zania, notamment, ont fait état de l’utilisation de balles en caoutchouc tirées à partir du siège du tribunal. Pour rappel, cette marche a été initiée suite au sit-in tenu la veille par des citoyens, venus de tous les villages pour accompagner deux interpellés, lesquels ont été mis sous contrôle judiciaire par le juge. M. A.