Mouvements de protestation à Khenchela

Mouvements de protestation à Khenchela

Plusieurs communes coupées du reste du pays

Amine Lyès, Le Quotidien d’Oran, 15 juillet 2001

Des routes menant de plusieurs communes de la wilaya de Khenchela vers le chef-lieu ont été bloquées hier par les citoyens, contraignant les usagers en provenance ou se dirigeant vers les wilayas de Tébessa et de Batna à rebrousser chemin. Les revendications des manifestants sont multiples.Nous citerons entre autres,la non-application d’un décret par le directeur du Transport, la libération du maire et des élus de la commune d’El-Hamma, incarcérés et poursuivis pour dilapidation de deniers publics.

Dans cette dernière daïra, les citoyens ont carrément isolé la ville de Khenchela vers Kaïs et Oum El-Bouaghi. La fumée dégagée par les pneus brûlés était visible de Khenchela soit à 5km environ. Sur les lieux où nous nous sommes rendus, nous avons été contraints de laisser notre véhicule à l’extérieur de la ville et de continuer le chemin à pied. A l’entrée de la ville, des dizaines d’adolescents et d’adultes bloquaient la route à l’aide de pierres, de ferraille et d’objets divers. De l’autre côté de la ville, nous avons observé la même situation à savoir : rassemblement des citoyens, route barrée et incinération de pneus. « Nous demandons la libération du maire d’El-Hamma et des huit élus de la même commune ». Quelques instants plus tard, les vitres d’une voiture de marque Renault 19 volaient en éclats. Un véhicule de police en patrouille devait subir le même sort, les vitres arrière et latérale, côté conducteur,ont été brisées. Les manifestants devaient libérer la route vers 14h environ et ce après que le wali et le Président de l’APW aient négocié avec eux.

Dans la daïra de Mahmel, les chauffeurs de taxis ont coupé la route et revendiqué l’application du décret transmis selon eux par le ministre des Transports et qui est resté sans suite au niveau local. Le chauffeur d’une Renault Express a perdu le contrôle de son véhicule juste devant le virage où la route était barrée. Les personnes qui se trouvaient à bord ont été toutes grièvement blessées.

A l’heure où nous mettons sous presse, les manifestants bloquaient toujours la route. Par ailleurs, les chauffeurs de taxis des daïras de Aïn-Touila et de Kaïs ont revendiqué, pour leur part, des solutions aux nombreux problèmes qui les opposent à la direction du Transport. Les autorités locales et les élus de la wilaya tentent de calmer la situation et demandent aux manifestants de dégager les routes.

 

 

Retour