Dénouement de la mutinerie de Sidi Bel-Abbès

Après de longues négociations

Dénouement de la mutinerie de Sidi Bel-Abbès

F. Mustapha, Le Quotidien d’Oran, 11 mai 2002

La mutinerie qui a éclaté dans la journée de mercredi matin, au centre de réhabilitation de Sidi Bel-Abbès, a pris fin jeudi, en début d’après-midi. Le calme a repris à la suite de longues négociations qui ont duré huit heures, jeudi, entre le Procureur général et les représentants des détenus. Pas moins de 180 prisonniers ont quitté les deux terrasses pour rejoindre leurs salles sous la surveillance de près de 400 agents des forces de l’ordre entre gendarmes et policiers. Aucun incident n’a été signalé, précise le Procureur général. Les revendications des insurgés s’articulent autour de la loi sur la Concorde civile, la généralisation de la grâce présidentielle, la libération conditionnelle et la célérité dans l’étude des dossiers judiciaires. L’on insiste sur ce dernier point sur les dossiers relatifs aux pourvois devant la Cour suprême qui aura à statuer, dans les délais, sur le rejet ou l’acceptation des requêtes présentées.

D’autre part, les détenus n’ont pas dénoncé la violation de leurs droits applicables dans toutes les prisons, ni le sureffectif mais ils ont proposé la multiplication des jours de visite en faveur de leurs proches.

Il y a lieu de signaler une particularité dans cette mutinerie : mercredi, au moment de la prière du maghreb, un prisonnier a fait office de muezzin et les prisonniers ont exécuté la prière sur la terrasse sous la surveillance de quelques uns de leurs camarades.

Aussitôt après, ils reprenaient des slogans hostiles au régime et notamment au ministre de la Justice. Face à cette agitation, les services de sécurité avaient renforcé leur dispositif mis en place durant toute la nuit.

Le bilan final de cette mutinerie qui a fait un mort et deux blessés n’a pas changé. Les blessés ont rejoint leurs cellules après avoir reçu des soins au niveau de l’hôpital. Par ailleurs, le Procureur général a ouvert une enquête pour déterminer les responsabilités sur cet évènement.