Deux morts et plusieurs blessés en Kabylie

Deux morts et plusieurs blessés en Kabylie

Week-end agité à Tizi-Ouzou et Béjaïa

Le Quotidien d’Oran, 6 mai 2001

Plusieurs localités dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont renoué durant le week-end dernier avec les émeutes. Bilan: un mort. En effet, le jeune Slimani Nafaa, âgé de 23 ans, a été atteint par balle à Bouzeguen en fin de soirée de jeudi.

La polyclinique de cette même localité a admis neuf autres citoyens blessés dont quatre par balles suite à des affrontements. Des échauffourées entre CNS et jeunes ont eu lieu à Tizi-Ouzou juste à la fin de la marche organisée par les femmes jeudi. Tous les quartiers de la ville étaient bouclés durant tout le week-end. Les affrontements ont fait plusieurs blessés dans la ville de Tizi-Ouzou. Un journaliste a même été passé à tabac au quartier des «Genêts». Des violences ont été enregistrées à Beni Douala, Tigzirt, Freha, Azazga et Irdjen. Dans cette dernière localité, le conseil confédéral des Ath Yiraten a calmé les esprits et a appelé les autorités pour que cessent les provocations de gendarmes vis-à-vis des populations. Dans la wilaya de Béjaïa, la situation n’était pas différente. Jeudi, vers 22h, des affrontements entre des groupes de jeunes et les éléments du service d’ordre ont eu lieu à Ighil Ouazoug. Les émeutiers ont incendié des pneumatiques et dressé des troncs d’arbre sur la chaussée du Bd Krim Belkacem au quartier appelé Cité CNS. Une manifestation a dégénéré en émeute au moment où les policiers sont intervenus pour disperser la foule. Une véritable bataille rangée s’en est suivie. Les poteaux de l’éclairage public, récemment réinstallés, ont été arrachés et placés, avec divers objets, au travers la chaussée pour freiner les véhicules de police lancés aux trousses des émeutiers. Ce n’est que vers une heure du matin que le calme est revenu.

A Akbou, des jeunes se sont attaqués au siège d’une banque et au siège du tribunal de la ville. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre qui ont utilisé des bombes lacrymogènes pour épargner ces sites du saccage. Au village Riquet, des barricades ont été dressées perturbant ainsi la circulation sur la RN 26. A Smaoun, les émeutiers ont incendié les locaux vides de la brigade de la gendarmerie nationale. A Feraoun, à 40 km de Béjaïa, la population a organisé les obsèques d’un jeune émeutier qui a succombé à ses blessures. Ce dernier, âgé de 19 ans, avait été, rappelons-le, blessé lors des affrontements avec le service d’ordre, le 23 mai dernier. De violentes échauffourées ont été enregistrées après l’enterrement de la victime.

A Tichy, qui en pareille période se prépare à accueillir les estivants, le spectacle qu’offre ce site balnéaire est à la désolation. Les hôtels sont barricadés et une surveillance accrue y est opérée pour préserver les infrastructures touristiques. Le centre-ville est entièrement saccagé. Si aucun incident n’a été signalé hier, il règne néanmoins une tension pesante. Sur la RN 26 et la RN 5, des «barrages» sont dressés pour détrousser les automobilistes de passage.

M.Maokli et F.Dellys

 

 

Retour

algeria-watch en francais