Tout Tizi Ouzou marchera aujourd’hui en noir

Tout Tizi Ouzou marchera aujourd’hui en noir

Par Lakhdar Siad, La Tribune, 21 mai 2001

Une grande marche populaire est prévue pour aujourd’hui à Tizi Ouzou à l’appel des comités de coordination des communes, des daïras et archs de la wilaya et décidée lors de la rencontre d’Illoula Oumalou, tenue le week-end dernier. Comme il est facile de le prévoir, vu la mobilisation extrême des citoyens et de tous les secteurs d’activité, cette manifestation drainera une foule nombreuse et d’aucuns affirment que celle-ci marquera le point de départ d’une mobilisation citoyenne jamais égalée à l’échelle de la wilaya et qui sera à la hauteur de faire aboutir les revendications soulevées par la population à la lumière des émeutes de Kabylie. Cette marche constitue, en effet, un événement majeur et exceptionnel dans le parcours des luttes démocratiques en Algérie dans la mesure où ce sont des structures sociales qualifiées à tort ou à raison d’archaïques, anonymes jusque-là et limitées dans l’espace de leur intervention qui prennent le relais des organisations à structure moderne et à vocation multiple (partis politiques, associations à caractère social et culturel, syndicats…). Cela dit, le travail de mobilisation a atteint sa vitesse de croisière juste après la fin de la rencontre d’Illoula Oumalou, sanctionnée par un rapport de synthèse qui reprend dans leur intégralité les doléances de la jeunesse exprimées vigoureusement et réprimées dans le sang.Plusieurs réunions de préparation de la marche sont tenues un peu partout dans les localités de la wilaya par les comités de coordination afin de mobiliser tous les moyens humains et matériels pour la réussite de cette action. Des commissions de sensibilisation et d’information à la marche ont été installées dans plusieurs communes et daïras de la wilaya et la coordination des quartiers et villages de la commune de Tizi Ouzou, chargée de l’encadrement de cette marche à l’issue du sit-in de samedi dernier, n’a pas cessé de recevoir la visite de nombreuses personnes à la recherche d’informations concernant la marche et la grève générale d’aujourd’hui. Signe de l’engagement total de la population pour cette manifestation, l’Association de transport de voyageurs de Kabylie (ATVK) a décidé de maintenir sa grève prévue pour aujourd’hui tout en mobilisant tous les transporteurs de la région pour une meilleure prise en charge et gratuitement des déplacements des manifestants. D’autre part, une campagne d’affichage public de l’appel à la marche d’aujourd’hui a été menée sur tout le territoire de la wilaya. Par ailleurs, des messages de soutien à cette action émanent de plusieurs structures partisanes ou autres. Le MCB, proche du RCD, «conscient de l’importance et de la nécessité de la mobilisation de toutes les organisations sociales et syndicales», soutient la marche d’aujourd’hui. La Fondation Matoub Lounes, dans un texte envoyé aux participants de la rencontre d’Illoula Oumalou, a «réaffirmé son soutien agissant, sa disponibilité et sa détermination» pour la réussite des actions des comités organisateurs de la marche.De son côté, le bureau régional RCD de Tizi Ouzou «salue ces initiatives citoyennes en apportant son soutien et sa solidarité. Comme il assure les organisations de sa disponibilité», appelant enfin «les citoyennes et les citoyens à participer massivement à ces actions jusqu’à la satisfaction des revendications de la population». Le collectif des femmes indépendantes et d’autres personnalités de la région ont accordé leur soutien à cette initiative populaire. Pour rappel, la marche prendra l’itinéraire qui débutera du carrefour du 20 Avril, traversera la ville avec une halte devant la direction de l’éducation pour aboutir à la wilaya. Il est attendu par la population de recevoir la réponse définitive que donneront les autorités officielles s’agissant de la revendication du report des examens jugée la plus urgente et d’autres revendications contenues dans le rapport de synthèse. Enfin, allant dans le même sens de responsabilité et de solidarité, trois communes qui abritent les fêtes du bijou (At Yenni), du tapis (At Yahia) et de la poterie (Maatkas), «considérant la situation dramatique qui prévaut dans notre pays», décident de l’annulation de ces fêtes et demandent à ce que les subventions destinées à ces fêtes soient reversées dans un fonds de solidarité au profit de toutes les victimes des événements d’avril 2001. Entre-temps, les provocations de la gendarmerie continuent à l’encontre des citoyens.

————————————————————————————————

Marches, sit-in, rassemblement, grève…

Alors que les populations se mobilisent, de nouvelles émeutes aux Ouadhias

Par Mourad Allili, La Tribune, 21 mai 2001

La protestation se conjugue avec la mobilisation et s’installe dans la durée en Kabylie pour honorer la mémoire des victimes des dernières émeutes. La rue est le seul espace pour défendre les revendications légitimes des populations de Kabylie.Marches, sit-in, rassemblements, grèves et recueillements sont les actions que comptent organiser les différents comités qui activent en Kabylie. La daïra des Ouadhias, comme toutes les autres régions de Kabylie, est toujours affligée par la mort de quatre manifestants tombés sous les balles des gendarmes lors des émeutes sanglantes qu’elle a connues. A signaler qu’une marche pacifique a été organisée, jeudi dernier en fin de soirée, à l’appel d’un groupe de citoyens, où toute la ville a sombré dans le noir, laissant la place aux bougies en signe de deuil à la mémoire des victimes.Hier vers la fin de l’après-midi, la ville des Ouadhias a renoué avec des scènes d’émeute. 15h00, un groupe de manifestants, estimé à plus de 200 selon une source locale, s’est regroupé au centre-ville avant de se diriger vers la brigade de la gendarmerie devant le portail de laquelle ils ont brûlé des pneus. Les gendarmes n’ont pas riposté. Aucun blessé n’a été déploré lors de ces émeutes. Par ailleurs, une réunion du comité de la coordination des quartiers et villages de la commune de Boghni se tiendra aujourd’hui à 15H00 au siège de l’APC. Seront rendues publiques une déclaration et une plate-forme de revendications.

 

 

Retour

algeria-watch en francais