Khalifa, ce héros romanesque

Khalifa, ce héros romanesque

Bakchich, n° 18, 19 janvier 2007  

Un mystérieux Amid Lartane a commis un roman noir et librement inspiré de l’affaire Khalifa. Toute ressemblance avec la réalité est bien entendu un produit de votre imagination !« Bakchich » va en publier les bonnes feuilles mais en attendant, voici la critique.

 Le 25 janvier prochain paraîtra en France « L’Envol du faucon vert »*, un « roman noir librement inspiré d’une affaire qui a défrayé la chronique en France en 2002 et 2003, avant de solder par l’un des plus grands scandales financiers de l’Algérie d’aujourd’hui ». On veut bien sûr parler de l’affaire Khalifa dont la faillite frauduleuse est actuellement jugée en Algérie mais où les principaux acteurs sont en cavale à l’étranger. Sans parler de ceux qui en ont tiré les ficelles et dont on tait le nom. L’homme qui a commis ce roman est un mystère. Il utilise le pseudo d’Amid Lartane, a été haut fonctionnaire au pays du général Larbi Belkheir et vit maintenant à l’étranger où il travaille dans une organisation internationale. C’est ce qu’on peut lire sur la jaquette du bouquin. En tout cas, le sieur Lartane a l’air d’en connaître un rayon sur ce qu’il appelle la « ménagerie de la SM » (SM pour Sécurité militaire). Et plus encore sur le « Lion », baptisé Lamine Boutramine dans le roman même si tout le monde peut y reconnaître le général Larbi Belkheir. Visiblement, on ne lui compte pas non plus fleurette au sujet de Rafik Khalifa (/alias/ Oulmène dans le bouquin), ex-gloire de l’Algérie post-guerre civile aujourd’hui plus ou moins terré à Londres mais pas vraiment gêné aux entournures par le mandat d’arrêt international qui a été délivré contre lui en 2003. Ni sur son ascension fulgurante que Lartane raconte dans le menu détail. Si l’envie prenait les juges algériens de savoir comment Khalifa a décroché l’agrément pour sa banque, on ne saurait trop leur conseiller de jeter un oeil attentif au bouquin. C’est certes une fiction mais bon… Là où le sieur Lartane devient vraiment intéressant, c’est quand il raconte avec une précision d’orfèvre les soirées et les réunions où les saigneurs de l’Algérie des années 90 – ah, cette description de la baraque du Lion ! – montaient leurs coups. On rit aux éclats à la lecture des lignes consacrées à la sainte trouille que le fauve inspire à ses obligés qu’il dirige à coups de phrases sibyllines qui les vitrifient sur place. Sans oublier quelques romances pas vraiment X où l’appétit pour des miettes de pouvoir l’emporte toujours sur les sentiments. Enfin, Amid Lartane dresse en parallèle le portrait poignant d’un groupe islamiste dans le maquis qui ne tarde pas à se faire manipuler par des tireurs de ficelle de l’ombre et à commettre les atrocités qui caractérisent les longues années de guerre civile. Voilà qui ne manquera d’ailleurs pas de relancer le vieux débat du « qui tue qui » en Algérie. Et si à la fin du livre, vous en redemandez, sachez qu’un second tome est en cours d’écriture.

*Miguel Valle de la Pampa*

*/L’Envol du Faucon vert /aux éditions Métailié à partir du 25 janvier.